essai

lundi 1er mars 2021

Pourquoi lire Julian Jaynes aujourd’hui ?

Avec la publication de la première partie de la postface écrite à l’occasion de la réédition aux éditions Fage du livre de Julian Jaynes La naissance de la conscience dans l’effondrement de l’esprit bicaméral, il s’agit de rendre hommage à un livre doublement "unique" que William Burroughs aura su dans ses essais faire sortir de la nuit de l’oubli à laquelle il aurait pu être voué. Car ce livre, en nous permettant de plonger dans notre psychisme préhistorique, nous permet aussi de mieux comprendre où nous en sommes aujourd’hui. Nam June Paik ne disait-il pas « Plus je travaille avec la télé, plus je pense au néolithique. » !

par Jean-Louis Poitevin

Lire

lundi 1er mars 2021

Xénophilie, xénophobie

Philosophe vénézuélien en exil à Paris, Pedro Alzuru a rassemblé en un livre ses réflexions sur L’esthétique et ses bords. Blocs autonomes, les parties de ce livre, forment comme autant de briques d’une construction en perpétuel devenir. Xénophilie, xénophobie évoque la question de l’hospitalité, sujet cher à Jacques Derrida comme à Emmanuel Levinas ou à Edmond Jabes en prenant pour point de départ la forme qu’a prise cette question dans l’Odyssée.

par Pedro Alzuru

Lire

lundi 1er mars 2021

Robert Walser : agir sans vouloir

Il n’est jamais trop tôt ni trop tard pour découvrir l’œuvre de Robert Walser qui dans le retrait dans lequel il a vécu n’en a pas moins œuvré à la mutation de la narration qui était en marche en cette première moitié du XXe siècle.
Par rapport à ses prédécesseurs, son esprit critique se déploie particulièrement sur ce qu’avance l’auteur-narrateur-personnage. Car on ne peut guère lire plus d’une page qu’il ne se manifeste par des intrusions dans le récit proprement dit. Et voilà à la fois les partages classiques remis en cause et l’écriture relancée dans sa course à la vérité qui n’est pas celle des faits ou des mots seuls mais de leur entrelacement indéfectible.

par Joël Roussiez

Lire

samedi 30 janvier 2021

Der Nachsommer d’Adalbert Stifter

Dans cette lecture de Nachsommer, le grand roman d’Adalbert Stifter, on découvre comment il ferme en quelque sorte le grand genre pastoral et tire la conséquence d’une telle vision du monde. Si l’homme est exalté par l’harmonie du monde qu’il découvre en tous ses éléments, il accède ainsi à la beauté qui, par retour, lui fait découvrir l’art comme la plus grande des réalisations de l’homme.

par Joël Roussiez

Lire

dimanche 26 juillet 2020

La Spiritualité païenne — VIII et fin

Ici s’achève ici la publication de l’ouvrage de Pedro Alzuru portant sur les quatre derniers séminaires donnés par Michel Foucault entre 1980 et 1984 au Collège de France.

par Pedro Alzuru

Lire

jeudi 2 juillet 2020

Mémoire et polis

L’année 2020 est celle du cinquantenaire de la mort du général de Gaulle (1890-1970). Dans le cadre de cette commémoration, nous proposons d’étudier un événement crucial de son parcours politique d’après la Seconde Guerre mondiale : la présentation de la Ve République, à Paris, en 1958, dans une mise en scène qui croise la mémoire et le symbolique.

par Laurent Grison

Lire

jeudi 2 juillet 2020

La spiritualité païenne — VII

Ces quatre séminaires, enseignés entre 1980 et 1984, forment une unité spécifique, même si Foucault souligne l’unité de toutes ses enquêtes.

par Pedro Alzuru

Lire

vendredi 1er mai 2020

La spiritualité païenne — V

« Le discours par lequel les faibles prennent le risque de reprocher au fort l’injustice qu’il a commise s’appelle parresia »

par Pedro Alzuru

Lire


|