essai

vendredi 31 décembre 2021

L’Esthétique à l’ère de la globalisation — III/III

Le passage de l’œuvre d’art traditionnelle, caractérisée par son identité unique et non reproductible, à la forme moderne d’expression artistique, comme la photographie et le cinéma, dissout l’œuvre en une multiplicité d’exemplaires sans original. Mais cela n’empêche pas que "sentir" reste l’activité centrale fondant la relation des hommes aux oeuvres d’art.

par Pedro Alzuru

Lire

dimanche 31 octobre 2021

Canaux de la parole

Plus de deux siècles séparent Lichtenberg le mélancolique et
Kluge le phlegmatique. Tous deux scrutent les plis de l’âme l’un par des formes brèves qui tranchent dans la chair des évidences, l’autre par des récits emboîtés qui font résonner l’infini. Tous deux sont des maîtres incontestés de la métaphore, cette reine de la pensée lorsqu’elle se fait texte.

par Herbert Holl et Kza Han 한경자

Lire

dimanche 31 octobre 2021

Des cristaux et des masques

« Décrire c’est observer des mutations » et les mutations que Lathuillière décrit sont celles du devenir digital et global de notre monde.

par Fares Chalabi et Marc Lathuillière

Lire

dimanche 3 octobre 2021

La critique d’art aujourd’hui

La critique d’art s’adresse autant ou plus qu’aux adeptes et aux distraits, à ceux qui voient l’art sans les instruments des spécialistes mais aussi sans les antipathies des connaisseurs qui ont patiemment dressé leur liste des in et des out ; à ceux qui peuvent penser qu’ils ne le comprennent pas, sans se rendre compte que pour profiter d’une œuvre d’art, l’ouverture et la disponibilité suffisent.

par Pedro Alzuru

Lire


|