Appareil

Dispositif articulant des programmes hétérogènes, un appareil permet la manipulation d’objets ayant des propriétés analogues à celles du monde ordinaire. C’est « un jouet simulant la pensée ».
Vilém Flusser

Un appareil est un dispositif simple ou complexe articulant entre eux des programmes hétérogènes qui ont pour objectif d’agir sur la réalité et pour effet d’en transformer les modes de perception.
L’appareil photographique est la matrice de tous les appareils. L’ordinateur est un dispositif assurant à la pensée humaine la possibilité de se décharger de certaines fonctions. Les appareils entraînent des effets de rétroactions qui emportent les concepteurs et les utilisateurs dans une mutation matérielle et psychique dont aucune conséquence ne peut être prévue à long terme.
L’univers textuel sous l’assaut des algorithmes (concept pratique, traduisant la notion intuitive de procédé systématique, applicable mécaniquement, sans réfléchir, en suivant simplement un mode d’emploi précis) des programmes se transforme en un univers visuel rétroagissant sur tous les aspects de la perception et de la pensée.
Les langages de programmation permettent aujourd’hui la manipulation de structures et d’objets ayant des propriétés et des comportements analogues à ceux du monde ordinaire.
Selon la formule de Vilém Flusser, un appareil est « un jouet simulant la pensée ».

lundi 31 décembre 2018

Fred Forest II/II

Dans cette seconde partie de l’entretien qu’il nous a accordé en juin dernier, Fred Forest évoque tout d’abord deux grandes figures de l’art et de la pensée Flusser et Restany.

par Fred Forest , Jean-Louis Poitevin et Martial Verdier

Lire

lundi 31 décembre 2018

Longwy 40 ans déjà II

Il en est des viaducs comme des sémaphores ou des cathédrales. Ils sont admirables. Par leur hauteur, leurs proportions, leur finesse et leur capacité à disparaître pour être omniprésents.
Le Viaduc de la Chiers relie ciel et terre, les formes effilées de ses piles et de son tablier sont un appel au regard, un aimant à photo.

par Martial Verdier et Xavier Pinon

Lire

lundi 31 décembre 2018

Le typographe surréaliste

Sur les étagères de ma bibliothèque cohabitent les livres et les choses les plus improbables, mais il est un objet qui m’est cher et qui me semble unique au monde…

par William Radet

Lire

mercredi 28 novembre 2018

Quand l’âme grelotte

Explorer le seul Livre II de Chroniques des sentiments (Inquiétance du temps) d’Alexander Kluge n’aurait aucun sens sans revenir régulièrement au Livre I (Histoires de base). Par un jeu de va-et-vient, il importe de parcourir l’ensemble afin de mieux saisir la « folie » qui soulève ces pages, cette accumulation d’histoires, ce palimpseste de notre époque, ce dessin en creux d’un futur impossible, cet implacable portrait de l’homme tel qu’il « est » aujourd’hui.

par Jean-Louis Poitevin

Lire

mercredi 28 novembre 2018

Logiconochronie – XXXII

Parfois un carnet disparaît entre des livres dans une bibliothèque et reste introuvable pendant des mois, des années même. Un grand rangement le fait réapparaître, effet magique, joie non feinte.

par Jean-Louis Poitevin

Lire

dimanche 28 octobre 2018

L’assyrien en nous

On y croit encore, on y croit toujours. On la vante et on se sert d’elle comme d’un tamis pour filtrer ce qui doit entrer et ce qui ne doit pas entrer dans nos cerveaux.

par Jean-Louis Poitevin

Lire

dimanche 28 octobre 2018

Logiconochronie – XXXI

Parfois un carnet disparaît entre des livres dans une bibliothèque et reste introuvable pendant des mois, des années même. Un grand rangement le fait réapparaître, effet magique, joie non feinte.

par Jean-Louis Poitevin

Lire

mercredi 26 septembre 2018

Pour une pensée des sentiments

Alexander Kluge est écrivain, cinéaste, homme de télévision. C’est l’une des figures majeures de la scène intellectuelle et créatrice allemande, toutes générations confondues. Il publie chez P.O.L. le deuxième volume de son œuvre immense intitulée Chronique des sentiments, II, L’inquiétance du temps.

par Comité de rédaction

Lire

mercredi 26 septembre 2018

Logiconochronie – XXX

Parfois un carnet disparaît entre des livres dans une bibliothèque et reste introuvable pendant des mois, des années même. Un grand rangement le fait réapparaître, effet magique, joie non feinte.
Les notes qui ouvrent ce cahier, l’un des nombreux volumes d’une sorte de « journal », datent de 2006, moment de la lecture du livre incontournable de Julian Jaynes, La naissance de la conscience dans l’effondrement de l’esprit (bicaméral), paru en 1976, et publié en France en 1994.

par Jean-Louis Poitevin

Lire

mercredi 29 août 2018

Faute d’Éden

Une plate-forme surplombe deux énormes cuves. En arrière-scène improvisée, sur une grande toile noire a été grossièrement peinte au Blanc de Meudon la forme incertaine des deux corps.

par Sylvie Roques

Lire


|