poésie

dimanche 26 mai 2019

La bohème aujourd’hui

La bohème se vit comme un contournement de boulevards
Elle tapisse les non-lieux d’écarts humains
Elle est la fougue qui ne veut pas se taire, l’auréole de rubans qui ne veut pas choir.

par Laëtitia Bischoff

Lire

samedi 25 mai 2019

S02-E04

Entendez-vous dans la plaine ce bruit venir jusqu’à nous ?

par Virginie Rochetti

Lire

dimanche 28 avril 2019

Babel de Corée

Babel hier, Babel aujourd’hui, Babel toujours. Entre France et Corée, entre philosophie et autobiographie Kza Han tisse un tapis de rêves sur lequel dansent les motifs intenses de souvenirs à inventer.

par Kza Han 한경자

Lire

lundi 1er avril 2019

Solo ma non troppo

Solo ma non troppo publie des livres d’artistes, des livres de dessin. Editeur, il travaille depuis des années pour montrer l’art qu’il aime, loin des grands courants et des modes.

par Martial Verdier , Solo ma non troppo et Virginie Rochetti

Lire

lundi 1er avril 2019

L’inconfort

La photographie n’est pas une zone de confort.

par Laëtitia Bischoff

Lire

lundi 25 février 2019

Alerte aux Humains

Trop à sucrer, razzia ! J’en bave et des pas mûres À tout seul m’incorporer l’enflure
Frutti frotta, à vozig’ l’honneur, monseigneur Faut qu’ça saign’, que ça piss’, que ça pleure
(c’est l’caput de blaireau pas crevé qui vous cause : J’exigeai qu’on m’invite à bectance
pour la semblance et l’innocence, attifé blanc comme neige, en doublure de macab)

par Tristan Felix

Lire

lundi 28 janvier 2019

La poésie

Une poète se réveille un matin, regarde son fils qui sommeille puis part au travail, celui des bureaux, des papiers virevoltants, des problèmes et des personnes que l’on accueille. Elle s’y réveille sans café avec des cernes et un flot de paroles rude et long, qui claque et claque de nouveau. Des lumières blafardes et des moquettes standards moussent et tapissent cette verrière.

par Laëtitia Bischoff

Lire

lundi 31 décembre 2018

Derrière la vitre

Et si nous regardions les œuvres comme on admire et analyse un monde lointain, derrière un télescope, derrière une vitre.

par Laëtitia Bischoff

Lire

dimanche 28 octobre 2018

Mémento du Chant des archers de Shu* — I/II

La mort confirme que nous n’étions pas nécessaires et que la liberté seule ou son invention pourrait nous intégrer à la grande houle roulante de l’univers.

Antonio Ramos Rosa

par Werner Lambersy

Lire


|