podcast

Musique sur TK-21

jeudi 26 janvier 2023

C’est du jazz latino 11 (Puerto Rico)

Les Portoricains, tant ceux qui vivent sur l’île que ceux qui vivent aux États-Unis (surtout à New York) ont un tel niveau de production et s’identifient à la fois autant à la salsa et au latin jazz qu’on peut se faire une idée de sa culture et son évolution avec un échantillon des multiples versions d’une de ses chansons emblématiques. C’est ce que nous allons faire dans le programme d’aujourd’hui avec le célèbre Lamento borincano du compositeur Rafael Hernandez Marin.

par Pedro Alzuru

Lire

jeudi 29 décembre 2022

C’est du jazz latino 10

Nous allons dédier ce programme au Jazz Latino en Europe, dans une première approximation où les interprètes les plus visibles sont nécessairement considérés, puis nous pourrons dédier des programmes à des pays précis dont l’histoire, surtout due à leur présence coloniale en Amérique, les cas du Portugal, de l’Espagne, de la France, de la Hollande, de l’Angleterre, impliquent une relation plus complexe et une présence de musiciens afro-américains depuis le début du XXe siècle dans les métropoles.

par Pedro Alzuru

Lire

jeudi 1er décembre 2022

C’est du jazz latino 09

Un Américain (Samuels), trois Nuyoricans (Figueroa, Barretto et Palmieri), un Portoricain (Gomez) et trois Cubains (Sosa, Berroa et Prieto). Seulement un échantillon, représentatif de ce merveilleux genre musical avec des racines africaines, européennes et américaines, qui se sont distillées dans la Caraïbe, comme le rhum, et étend ses branches aujourd’hui partout dans le monde. Comme on l’a vu dans les programmes antérieurs et comme on continuera de le voir dans ceux qui suivent.

par Pedro Alzuru

Lire

samedi 29 octobre 2022

C’est du jazz Latino 08

On revient à un programme varié : Levine, Haden et Herwig sont américains, Camilo et Cruz sont dominicains, Palmieri est nuyorican, Urcola est argentin et Pinheiro est brésilien. L’Amérique du Nord au Sud, en un seul programme. Mais si l’on s’arrête à l’ascendance et aux influences, la diversité s’élargit et atteint des mélanges imprévus.

par Pedro Alzuru

Lire

vendredi 30 septembre 2022

C’est du jazz latino 07

A cette occasion, nous reconnaissons le jazz argentin avec quatre de ses représentants les plus significatifs. Un pays avec une production étendue et riche dans le genre qui mérite plusieurs programmes.

par Pedro Alzuru

Lire

dimanche 31 juillet 2022

C’est du jazz latino 06

Dans le programme d’aujourd’hui, nous voulons rendre un petit hommage au jazz vénézuélien, en écoutant certains de ses interprètes, ainsi que des auteurs internationaux. Plus tard, nous réaliserons une série de programmes dédiés au jazz dans différents pays d’Amérique latine.

par Pedro Alzuru

Lire

vendredi 1er juillet 2022

C’est du jazz latino 05

La question de la beauté prend sens dans l’horizon esthétique, c’est-à-dire le cadre formé par ces quatre éléments coprésents et en interaction, mais toujours changeants, en eux-mêmes et par rapport aux trois autres : la beauté, l’art, la philosophie et le mode de vie exemplaire [1].

par Pedro Alzuru

Lire

lundi 30 mai 2022

C’est Du Jazz Latino 04

On débute ce programme par un événement fondateur du latin jazz, la rencontre de Dizzy Gillespie et Chano Pozo.

par Pedro Alzuru

Lire

samedi 30 avril 2022

C’est du jazz latino 03

Le jazz latin a officiellement commencé dans les années 1940, ses origines peuvent être retracées plus tôt, mais — comme cela a été souligné — c’est dans cette décennie que se trouvent ses protagonistes fondateurs, qui ont explicitement mélangé les formats du jazz et de la musique caribéenne. Dans cette première génération se trouvent Juan Tizol (1900 - 1984), Machito (1909 - 1984) et Mario Bauza (1911 - 1993), Dizzy Gillespie (1917 - 1993) et Chano Pozo (1915 - 1948), Chico O’Farrill (1921 – 2001) et autres.

par Pedro Alzuru

Lire

dimanche 3 avril 2022

C’est du Jazz latino, épisode 02

Un genre musical commun à toute l’Amérique latine et les Caraïbes, y compris l’ensemble des Caraïbes hispanophones, anglophones, francophones et néerlandophones, les Guyanes anglophones et francophones, ainsi que la population hispanique croissante et importante d’Amérique du Nord, n’a pas existé, même si l’on retrouve des similitudes qui traversent toute la musique produite par ces peuples, soit à cause de l’influence européenne commune, soit à cause de l’origine indigène commune des peuples américains, soit à cause de l’immigration africaine qui a peuplé le continent du fait de la traite négrière entre le XVIe siècle et le XIXe.

par Pedro Alzuru

Lire


|