corps

nu, body-painting

dimanche 31 juillet 2022

Écouter les voix

Intimes et lointaines, proches immensément proches et extrêmement distantes, telles sont les voix que peuvent faire revenir et parvenir à notre écoute consciente les masques et les poupées. Telles sont les voix que nous font entendre les images de Vanda Spengler. Pour savoir ce qu’elles peuvent nous dire, il suffit de s’adresser à l’un de ses masques ou à l’une des poupées qui vivent encore dans nos coffres à jouets, dans nos cerveaux ou dans le regard d’un autre. Et c’est ce à quoi nous invitent concrètement ces images.

par Jean-Louis Poitevin et Vanda Spengler

Lire

vendredi 1er juillet 2022

Les cris dans les arts plastiques

Il faudra se laisser guider par une voix qui croise l’histoire de la pensée et l’histoire de l’art vers un chemin qui mène à la question cri.

par Jean-Christophe Nourisson

Lire

vendredi 1er juillet 2022

Un autre monde est sensible

Pour l’artiste qui a choisi de nommer Hypersensibilité sa première exposition personnelle à la Maëlle Galerie, cet état est surtout et avant tout une ouverture vers les autres.

par Floryan Varennes et Kevin Bideaux

Lire

lundi 30 mai 2022

Corps Nature

Lorsque j’ai approché 35 ans, je me suis aperçue que mon corps commençait à changer. Lui qui avait toujours été relativement conforme aux canons actuels, commençait à s’en éloigner. J’ai réalisé que jusqu’alors, je ne l’avais regardé que pour vérifier s’il correspondait à ce standard, c’était le cas et je m’en satisfaisais. Mais jamais je ne l’avais regardé autrement qu’à travers ce prisme social, jamais je n’avais porté sur lui mon propre regard.

par Leslie Courbon

Lire

lundi 30 mai 2022

Les Corps Sauvages

Nahia Garat photographie la vulnérabilité. Pour elle, tout est prétexte à la confidence, à l’essentiel comme moteur artistique. Et l’essentiel est partout. Dans une racine d’arbre, un portrait d’homme ou de femme, une aire de pique-nique sur une autoroute…

par Nahia Garat

Lire

samedi 30 avril 2022

Les si reines de Karine Chavas

Les photographies de Karine Chavas ne sont pas nues, elles sont dépouillées. L’espace autant à plat qu’en siphon, qu’en spirale. Mais le voyeur s’égare dans la folie de voir.

par Jean-Paul Gavard-Perret et Karine Chavas

Lire

dimanche 3 avril 2022

L’œil de la nuit

Pourquoi la dimensions morale serait-elle exclue de l’art, en en faisant ainsi un vain jeu esthétique, vide de contenu ?

par Alain Brendel

Lire

dimanche 27 février 2022

Le jardin comme lieu de rêverie

Dans son jardin, espace intime, atelier en plein air, Olga Caldas retrouve le plaisir de se fondre parmi la végétation gardée à l’état presque sauvage ainsi que celui de se souvenir de moments passés dans d’autres lieux où ressentir l’énergie des plantes.

par Olga Caldas et Pauline Lisowski

Lire

dimanche 30 janvier 2022

Pierre Molinier le pionnier

Pierre Molinier invite à une fouille symbolique, savante et erratique.

par Jean-Paul Gavard-Perret

Lire

dimanche 30 janvier 2022

L’œil qui rêve

Cherchant à échapper aux carcans du processus photographique, à prolonger l’acte au-delà du protocole de la prise de vue, transgressant les règles tant du point de vue du sujet que de la pratique, Alain Brendel utilise la photographie pour générer des univers qui paraissent s’éloigner du réel.

par Alain Brendel et Pascale Denis

Lire


|