Cerveau

Élément central du fonctionnement vital et psychique, le cerveau est chez l’homme l’organe sans lequel la relation entre corps et monde, pensée et affectivité, serait impossible. Il a en particulier la capacité d’établir un codage commun entre ses deux hémisphères comme d’établir une interface entre ce qui constitue la réalité matérielle et les possibilités de la comprendre.

Élément principal du système nerveux central, le cerveau est constitué en particulier de deux hémisphères au fonctionnement relativement spécialisé et des éléments qui les relient et les prolongent, d’un système limbique hérité des mammifères primitifs et d’un tronc cérébral. Composé d’environ 100 milliards de neurones, il est, selon la formule de Jean-Pierre Changeux, « un système auto-organisé “ouvert” et “motivé”, producteur de représentations qu’il projette sur le monde extérieur ».
Courant électrique et composés chimiques en assurent le bon fonctionnement. Ils permettent la réversibilité du passage des « informations » entre ce qui est reçu du « dehors » et ce qui est construit au « dedans ». La faculté majeure du cerveau est de simuler le monde extérieur. Il le fait le plus souvent en vue de permettre à l’individu qu’il constitue d’agir sur le monde ou du moins de s’y maintenir vivant. Cela implique, à chaque moment et selon les situations, que soient activés des ensembles de neurones souvent éloignés les uns des autres dans l’espace matériel que constitue le cerveau.
Si, d’après Alain Berthoz et comme l’a montré Llinas, « l’origine de la pensée réside dans la nécessité de bouger, dans le mouvement », on peut aussi dire avec lui que la puissance propre du cerveau semble bien être la simplexité, cette faculté de transformer des ensembles complexes de données et d’informations liées à des situations souvent nouvelles par des réponses simples.

dimanche 9 juillet 2017

Héliographie

Loin des scientifiques qui photographient les étoiles lointaines dont les grands télescopes ne captent qu’un photon toutes les 20mn, Jean-Gabriel LOPEZ se confronte à notre expérience sensible. Son sujet est notre soleil, l’étoile de référence et il a choisit l’orangerie de l’observatoire de Meudon pour son exposition organisée par la galerie Sitdown dans le cadre du Mois de la Photo Grand Paris.

par Jean-Gabriel Lopez et Martial Verdier

en savoir plus

lundi 1er mai 2017

Si loin, si près des plis du corps

L’idée dans le numéro 69 d’un dossier spécial érotique s’est imposée comme une évidence, par facilité, par mauvais esprit, par jeu, par envie de rire, par désir de faire le point sur le désir, par provocation douce, par goût de la liberté, par volonté d’en découdre avec les figures obligées du contrat comme modalité de l’institution du lien, par besoin de comprendre, par plaisir !

par Jean-Louis Poitevin et La rédaction

en savoir plus

lundi 1er mai 2017

Penser le son dans les films pornographiques

Pour ce numéro 69 de la revue, nous avons choisi de nous interroger sur la part du réel dans le cinéma pornographique, non pas du point de vue des images mais bien de celui du son.

C’est toujours le visuel qui est mis en valeur et que le spectateur remarque en premier. On prête effectivement peu d’attention aux sonorités illustrant les images crues des films pornographiques, tant celles-ci fixent l’attention du spectateur, quitte à ce qu’il en oublie la façon dont elles sont mises en scène. Les films pour adultes n’auraient pourtant pas la même intensité émotionnelle si le son n’était pas aussi présent. Mais si nous parlons de l’importance du son dans ce type de cinéma, est-il spécialement étudié pour donner plus d’intensité aux images et davantage les mettre en valeur ? Y aurait-il, comme le souligne Daniel Deshay, confirmation du visible par le son  ?

par Clémentine Ader

en savoir plus

lundi 1er mai 2017

L’œil et la blessure

Dahmane est né en 1959 de parents artistes l’un et l’autre. Son père est l’un des maîtres de la gravure de son temps et un peintre important dont l’œuvre s’inscrit dans le sillage de l’École de Paris et sa mère, elle, développe une œuvre plus discrète qui l’influence tout autant.

par Dahmane et Jean-Louis Poitevin

en savoir plus

lundi 1er mai 2017

Tableau de chasse

Denise Fréchet est une ancienne scientifique devenue artiste et qui comme chacun de nous a un compte à régler avec la vie. Pas qu’elle veuille absolument lui régler son compte à la vie mais elle sent en elle, lorsque se manifestent les forces du désir, que la violence et la peur se réveillent car rien de ce que le désir affecte en nous n’est étranger à la strate la plus profonde qui associe la faim à la proie, le désir à la capture et la capture au trophée.

par Denise Fréchet et Jean-Louis Poitevin

en savoir plus


|