Villes

La ville est en train de disparaître sous nos yeux, laissant désormais place dans toutes les régions du monde à des mégapoles, espaces de type urbain qui ne connaissent pas de centre ou qui ont vidé le centre de sa substance et qui se développent sans règle apparente, consommant l’espace et le régurgitant comme un déchet. Dans ces « villes », corps, comportements, inventions, tout est en reconfiguration permanente. Réalité et simulation y constituent les deux faces d’un seul et unique processus.

Ensemble de lieux dans lesquels les hommes ont commencé à vivre, il y a plus de cinq mille ans, la ville regroupe la plupart des activités humaines : habitat, commerce, industrie, éducation, politique, culture. Développée dans le monde à partir modèle occidental, la ville s’est constituée autour d’un centre. Unité urbaine étendue et fortement peuplée, la ville s’est définie en opposition au village et aux zones naturelles et sauvages ou à celles que l’homme a conquises pour y développer l’agriculture.
Le XXe siècle a vu l’émergence des mégapoles, entités urbaines de plusieurs dizaines de millions d’habitants qui ont accompagné l’explosion démographique que connaît la terre. En 2050 plus des deux tiers des humains vivront dans ces villes « dont le centre est partout et la circonférence nulle part ».
Rem Koolhaas donne le nom de ville générique à ces villes qui ont su se libérer « de l’esclavage du centre » et de la « camisole de force de l’identité ». Dans ces mégapoles qui ont englouti « la » ville, les hommes expérimentent leur sortie des conditions « naturelles » d’existence en faisant à travers cette expansion sans fin l’expérience, peut-être la seule nouvelle, de la redondance, là où jusqu’à présent, ils avaient fait l’expérience de la différenciation.

vendredi 29 septembre 2017

Sauf…(territoires) 2009-2017

Cette restitution à l’invitation de la Galerie DEUX à Marseille tente une introspection dans ces entrelacs de zones de nature, industries et habitats sur les territoires de l’étang de Berre au golfe de Fos, dispositif industrialo-portuaire inscrit dans la métropole marseillaise.

par Christophe Galatry et Martial Verdier

Lire

lundi 3 avril 2017

Logiconochronie — XVII

Il y a près de vingt ans, lire Jona et le signifiant errant, le livre d’Henri Meschonnic en vue d’une mise en scène du texte originel par Patrick Haggiag. Aujourd’hui, plus que jamais, le silence de Jona, sa non-réponse à la question de dieu nous interpelle. "La question reste d’autant plus posée que Jona est sans doute le dernier livre, chronologiquement, de la Bible, cinq siècle environ avant la dernière destruction du temple."

par Jean-Louis Poitevin

Lire

dimanche 2 avril 2017

La ville deux fois — partie 1

Inlassable preneur d’images, Alain Nahum est un allié du hasard. Il déploie des recherches formelles autour de personnages que le vent et la pluie façonnent à partir de toiles, tissus, papiers, jetés ici ou là sur les trottoirs (TK-21 LaRevue N° 7, 36-37, 46, 52, 56). Le hasard se transforme aussi en chance quand, dans la rue ou dans le métro, des situations, instants magiques de rapprochement fatals, ouvrent la porte de l’esprit sur des associations qui de visuelles pour lui deviennent mentales pour nous, entre des formes, des corps, des lieux et des objet.

par Alain Nahum et Jean-Louis Poitevin

Lire

dimanche 2 avril 2017

Voyage à Leipzig — VI / VII

Si quelque chose pour moi continuait de manquer à Iéna, quelque boucle incomplète, elle allait étrangement apparaître à Erfurt.

par Alain Coelho

Lire

mercredi 1er mars 2017

Voyage à Leipzig — V /VII

Il y a dans notre cerveau tant d’histoires, qu’elles passent d’elles-mêmes sur le bout de nos doigts lorsque nous touchons quelque chose.

par Alain Coelho

Lire

jeudi 2 février 2017

Voyage à Leipzig — IV / VII

Dresde baroque, Dresde médiévale, classique, Dresde triomphante, Dresde de Saxe, joyau renaissant d’Allemagne, Dresde où enfin je me promenai heureux après tant d’enjeux anciens demeurés à Leipzig, Dresde allait m’apparaître...

par Alain Coelho

Lire

mardi 6 décembre 2016

Séoul Playstation mélancolique

L’histoire d’un photographe de guerre embauché pour un shooting de mode en Corée se trouve embarqué malgré lui dans la recherche d’œuvres volées d’Alechinsky. Aux prises avec sa propre mélancolie, suite à un trauma de guerre, il découvre la ville de Séoul accompagné d’une coréenne qui, elle, cherche à réaliser un film sur sa ville. Entre poursuites en escalator et errances sans but, le photographe et sa compagne dérivent dans Séoul qui devient ainsi pour la première fois dans un livre français le cadre et le personnage d’un roman post-historique.

par Jean-Louis Poitevin

Lire

mardi 6 décembre 2016

C’est New York ! C’est l’Amérique !

En 1964, Hervé Gloaguen obtient sa carte de photojournaliste professionnel grâce à des publications dans plusieurs médias, dont la revue mensuelle Réalités (au pluriel !) où le photographe Gilles Ehrmann l’a introduit.

par Hervé Gloaguen

Lire

mardi 6 décembre 2016

Voyage à Leipzig — III / VII

Ce voyage à Leipzig était bien entendu délirant, à l’aune d’un psychiatre, se présentant pour moi comme si l’on pouvait trouver en des lieux les univers et l’essaim qui nous auraient constitués, l’orgue, la musique de Bach.

par Alain Coelho

Lire


|