noir & blanc

dimanche 27 décembre 2020

Marine Tillé

Marine Tillé rassemble et défait le monde en des précis de décomposition. La chaîne visuelle est obtenue par une atomisation de lieux habités parfois d’ombres passagères au milieu de « ruines ». D’une photographie à l’autre se construit un rythmique capable d’atteindre des zones de non-retour là où des ombres - comme "L’innommable" de Beckett - pourraient affirmer : "Il faut continuer, je dois continuer, je ne peux pas continuer, il faut continuer". D’où des séries de "paysages" intérieurs ou extérieurs.

par Corridor Eléphant et Marine Tillé

Lire