« Écrire avec les yeux » est mon métier. J’associe la photo, la vidéo, le cinéma, l’écriture et une recherche sur l’image. Je ne reproduis pas le réel, j’essaye de révéler des points de vue. J’abolis la frontière entre l’image reportage et la création visuelle, pour susciter en nous une nouvelle perception du monde.
« Écrire avec les yeux » c’est aussi analyser l’image, parler de l’oeil, de l’interprétation culturelle sans omettre le rôle de la technique. Dans Regard sur l’image, un essai illustré, préfacé par Peter Knapp et mon site, je mets à nu toutes les transformations qu’elle subit, de l’instant où on la prend à celui où on la regarde.


Envoyer un message

lundi 28 août 2017

Jean-Louis Poitevin - introduction

L’image, un terme recouvrant tant de réalités distinctes, est inévitablement l’objet de définitions multiples, souvent contradictoires. S’il n’est pas possible de trancher d’un seul coup de scalpel dans cette multiplicité pour en extraire la substantifique moelle, il importe de poursuivre inlassablement le questionnement sur ces nouvelles images qui ne cessent de voir le jour.

par Hervé Bernard et Jean-Louis Poitevin

en savoir plus

lundi 28 août 2017

Pascal Payen-Appenzeller - "Image Icône"

Pourquoi le titre d’« image icône » ? Une réponse contradictoire, face au déferlement des images, et la suite d’une réflexion d’un de mes amis artistes Richard Marti-Vives, qui, peignant à l’huile sur le thème du code de la route, me dit : Pourquoi peindre ?

par Hervé Bernard et Pascal Payen-Appenzeller

en savoir plus

dimanche 27 août 2017

Alain Nahum - « Tokyo-Eyes »

Fasciné par la beauté énigmatique des visages japonais et l’élégance des corps, j’essayais d’y surprendre des expressions, des mouvements d’humeur, des regards. Impossible de les décrypter. Indéchiffrables.
Me fondant dans la foule, je m’affichais avec mon appareil photo pour provoquer des échanges, des faces à faces.
Un regard qui se pose, s’abandonne, se détourne ou ne se livre pas est toujours révélateur d’une intimité. Celui qui nous fixe… offre à la dérobée un autoportrait.

par Alain Nahum , Hervé Bernard et Martial Verdier

en savoir plus

dimanche 27 août 2017

Chungwoo CHOI - Corée :

Les images artistiques ou commerciales sont un reflet de la société. Nous tenterons à travers les événements politiques contemporains (accident du ferry Sewol, destitution de la présidente…) en Corée du Sud de réfléchir sur la stratégie idéologique des images artistiques ou politiques. S’agit-il encore de la « rhétorique de l’image » ? (Roland Barthes)

par Choi Chungwoo et Hervé Bernard

en savoir plus

dimanche 9 juillet 2017

Confessions d’une enfant du siècle 4/4

Jeanne Susplugas exposait, expose et exposera au printemps et tout l’été à Versailles à la Maréchalerie et à l’école des beaux-arts, et à Paris, à la galerie VivoEquidem. C’est à la Maréchalerie que nous l’avons rencontrée et filmée « sous » et « dans » son œuvre, une sculpture installation aux ramifications multiples qui nous conduit à pénétrer plus avant dans les secrets de la personne, comprise, et c’est là la surprise, comme une entité dont l’intériorité est comme plus remplie par les injonctions du dehors que par les suintements du dedans.

par Hervé Bernard , Jean-Louis Poitevin et Jeanne Susplugas

en savoir plus

mardi 6 juin 2017

Confessions d’une enfant du siècle 3/4

Jeanne Susplugas exposait, expose et exposera au printemps et tout l’été à Versailles à la Maréchalerie et à l’école des beaux-arts, et à Paris, à la galerie VivoEquidem. C’est à la Maréchalerie que nous l’avons rencontrée et filmée « sous » et « dans » son œuvre, une sculpture installation aux ramifications multiples qui nous conduit à pénétrer plus avant dans les secrets de la personne, comprise, et c’est là la surprise, comme une entité dont l’intériorité est comme plus remplie par les injonctions du dehors que par les suintements du dedans.

par Hervé Bernard , Jean-Louis Poitevin et Jeanne Susplugas

en savoir plus

lundi 1er mai 2017

Confessions d’une enfant du siècle — 2/4

Jeanne Susplugas exposait, expose et exposera au printemps et tout l’été à Versailles à la Maréchalerie et à l’école des beaux-arts, et à Paris, à la galerie VivoEquidem. C’est à la Maréchalerie que nous l’avons rencontrée et filmée « sous » et « dans » son œuvre, une sculpture installation aux ramifications multiples qui nous conduit à pénétrer plus avant dans les secrets de la personne, comprise, et c’est là la surprise, comme une entité dont l’intériorité est comme plus remplie par les injonctions du dehors que par les suintements du dedans.

par Hervé Bernard , Jean-Louis Poitevin et Jeanne Susplugas

en savoir plus

lundi 1er mai 2017

Docere — Placere, les machines aux Tuileries

Herve Bernard a fait du jardin des Tuileries le champ d’une œuvre monumentale dont il extrait ici des images sulfureuses puisqu’elles dévoilent les dessous de la vie des statues, ces êtres qui hantent nos rêves plus encore que les morts et qui les ensemencent de visions extatiques.

par Hervé Bernard

en savoir plus

lundi 3 avril 2017

Des images et de leur statut « ontologique »

« Face au déferlement des images », TK-21 LaRevue organise son premier colloque autour de deux axes qui sont au cœur des réflexions qui y sont menées depuis près de six ans sans relâche, le statut des images aujourd’hui et la rencontre avec le monde asiatique.

par Hervé Bernard , Jean-Louis Poitevin et Martial Verdier

en savoir plus

lundi 3 avril 2017

Confessions d’une enfant du siècle 1/4

Jeanne Susplugas exposait, expose et exposera au printemps et tout l’été à Versailles à la Maréchalerie, à l’École des beaux-arts et à Paris, à la galerie Vivo Equidem. C’est à la Maréchalerie que nous l’avons rencontrée et filmée « sous » et « dans » son œuvre, une sculpture installation aux ramifications multiples dont elle nous livre ici, dans la première des quatre parties de l’entretien, une lecture tout à fait éclairante mais aussi singulièrement inquiétante.

par Hervé Bernard , Jean-Louis Poitevin et Jeanne Susplugas

en savoir plus


|