lundi 25 février 2019

Accueil > Les rubriques > Société > X International Shiryaevo Biennale Of Contemporary Art

X International Shiryaevo Biennale Of Contemporary Art

Russie, Samara, Shiryaevo

, Nelya and Roman Korzhovs

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Nous recherchons tous la « joie ». C’est ce que nous désirons le plus.

Depuis 1999, le projet principal de la Biennale a été présenté dans le village de Shiryavo, situé sur les rives de la Volga, dans une vallée des Zhiguli, les plus anciennes montagnes du monde. La présentation est une mystérieuse exposition/performance d’une journée le « Nomadic Show ». Le nom est né de la combinaison de deux termes : le « Show » européen et le « nomade » asiatique, un mode de vie qui explore les nouveaux territoires. La « Horde » des spectateurs s’attaque aux artistes qui traversent la rivière, les rues, les vieilles maisons, la vallée, les montagnes et les dalles de pierre. L’idée de voyage collectif est en elle-même un changement. et le changement est source d’inspiration.

Dès le début, cette présentation a été inventée comme une alternative au « white cube », et sa réussite lui a donné sont indépendance. Pendant le voyage, chaque « spectateur » se transforme en un « créateur », tous les participants à l’action deviennent œuvre d’art.

Cette Xe Biennale se concentre sur la joie des formes dans les mouvements du corps, les sons et les forces naturelles. C’est une recherche d’un paradis perdu. Trouver le « paradis » dans une ville où tout est « post quelque chose » est pratiquement impossible, mais peut-être se cache t-il dans la nature, les collines et les forêts.

Mais c’était quand, l’âge d’or ?
Redécouvrons les statues et l’art antique, redécouvrons une nouvelle ère : la Renaissance.
Si le Moyen Âge est de retour dans les rapports sociaux, il est peut-être temps de créer une nouvelle solidarité dans un mouvement de joie. La joie plutôt que la frustration, pour résister à l’ultra-libéralisme et au terrorisme. Retrouvons les valeurs humanistes et un nouveau moderniste sera possible.

La partie principale de la Biennale de Shiryaevo a traditionnellement lieu dans le village de Shiryaevo. Les artistes séjournent dans les maisons des autochtones et s’immergent dans une « vie simple » — loin d’un « art-image » répondant plus à des besoin de promotion que de creation. Ils développent ici des interrelations spécifiques entre la vie et l’art. La solidarité et les amitiés qui se créent entre les artistes dans les jardins abandonnés, ouvre un nouvel horizon à l’ère d’une révolution post-industrielle.

Il est intéressant de passer en revue l’histoire du lieu.
Au tournant des années 2000, une source sacrée a été rouverte près de Shiryaevo. Cette source a des vertus curatrices et c’est un lieu de guérison. Les habitants se rappellent qu’avant la dissolution de l’URSS, la source n’était qu’un point d’eau.
Une autre légende dit que le mouvement du glacier s’est arrêté non loin de là. Devant les montagnes Zhiguli, le relief et les plantes de la période pré-glaciaire en témoignent.

Quoi qu’il en soit, nous avons affaire à un « lieu de pouvoir », à des conjonctions de forces telluriques, comme dans le film Stalker de Andrey Tarkovsky, où tous les désirs des personnages se réalisent. C’est un chemin difficile pour atteindre la porte étroite qui permet d’accéder à la connaissance de soi.
Ce chemin est l’essence même de l’art. C’est pourquoi la joie a souvent un revers : une forme de chagrin, de dépression, de paresse, une nostalgie, une incompréhension du moment présent... Mais la méditation nous mène vers l’avant. Si la vision capte ce qui est épanoui, c’est-à-dire le passé, la conscience du spectateur reconstitue un futur et un « ici et maintenant ».

La Biennale de Shiryaevo est axée sur les projets spectaculaires, mais notre principe est de ne laisser aucune trace sur le paysage après l’événement. Ce n’est pas un parc d’attraction ou un musée. Tous les deux ans, le village dois redevenir un lieu vierge pour de nouvelles émotions.

Tout ce que nous ressentons, c’est l’événement lui-même.

Nelya Korzhova, Curator of Х Shiryaevo Biennale

Organisée par la section Volga centrale du Centre national des arts contemporains dans le cadre de ROSIZO
Avec le soutien :
du ministère de la Culture de la Fédération de Russie,
du musée national et centre d’exposition "ROSIZO",
du gouvernement de la région de Samara,
du ministère de la Culture de la région de Samara
Partenaire général de la Biennale : Fondation Mikhail Prokhorov
Commissaire de la Biennale : Roman Korzhov (Russie)
Directeur artistique de la Biennale de Shiryaevo, commissaire du projet principal : Nelya Korzhova (Russie)

© National centre for contemporary arts. Developpement [art-info]. [Andrey Velikanov]’s design

Nelya Korsova - Неля Коржова
Martial Verdier - Les figures poétique d’une révolution - Shiryaevo 2018