mardi 23 février 2016

Accueil > Les rubriques > Société > Jean-Denis Bonan

Jean-Denis Bonan

1/3 Le militant

, Hervé Bernard , Jean-Denis Bonan et Jean-Louis Poitevin

Après près de 45 ans d’interdiction totale, les premiers films de Jean-Denis Bonan ressortent. Nous rendons hommage à leur auteur au cours de trois interviews. Au cours de ce premier entretien nous abordons sa vie de militant et il nous explique comment elle et son œuvre de réalisateur sont imbriqués.

Des histoires qui flirtent avec l’impossibilité de raconter une histoire tout en la racontant, des images qui ressemblent à des fragments de rêves, des corps qui s’exposent comme agents de la subversion, des chansons qui rappellent des souvenirs de choses qu’on n’a pas vécues, sauf en rêve, le tout filmé à une époque durant laquelle une certaine radicalité était de mise : tels sont les ingrédients qui composent les premiers films de Jean-Denis Bonan, visibles après 45 ans d’interdiction totale et auxquels nous rendons hommage à travers le long entretien qu’il nous a accordé : La tristesse des anthropophages et La femme bourreau.

Nous sommes face ici à un cinéma rare, à des films dont la postérité a été rendue impossible et qui en ressortant aujourd’hui vont pouvoir reprendre leur travail d’insémination des esprits. Ils s’adressent donc littéralement à tous, ceux qui vécurent dans les années soixante le réveil des passions troubles mais explosives et ceux qui, tard venus, ne connaissent comme ciel que celui dans lequel brillent les éclats stridents des reflets de la marchandise et des rêves qu’on achète.

Dans ce premier épisode, nous revenons sur son parcours. Le second épisode sera consacré à La tristesse des anthropophages et La femme bourreau tandis que le troisième abordera son activité de peintre.

Le Militant from BERNARD Hervé (rvb) on Vimeo.

Jaquette du DVD édité chez Luna Park Films