jeudi 2 février 2017

Accueil > Les rubriques > Images > Skagaströnd Review

Skagaströnd Review

Regards croisés

, Andrea Weber et Virginie Rochetti

En une succession de regards croisés, Andrea Weber nous invite à une balade poétique, sous la lumière si spéciale de l’Islande.

JPEG - 80 ko

Mettant en relation le fond photographique du village de Skagaströnd (400 habitants) avec les travaux des artistes venus séjourner à la NES Artist Residency, elle met à jour, avec une douceur et une finesse fracassante, la rencontre étonnante de la vie artistique actuelle et mondiale, avec le monde rural de ce village perdu à 40 kilomètres du cercle polaire. Manière subtile de se surprendre avec cette sorte de globalisation à la marge, fondée sur la rencontre et la collaboration de deux mondes pouvant paraître antinomiques.
Andréa Weber est une artiste franco-allemande qui vient régulièrement à la Nes. À la découverte du fond d’archives photographiques de Skagaströnd, elle s’est passionnée pour l’idée de cette rencontre entre les archives et la création contemporaine, y trouvant des liens, des rapports poétiques et graphiques. Elle a créé la revue avec le soutien de la communauté de Skagaströnd et de l’Université d’Islande.

La revue a été imprimée en mars 2016 en Islande chez Svansprent, après un temps de recherche et de création. Elle témoigne de l’émergence, grâce à la résidence d’artiste, d’une voie créative singulière à Skagaströnd, se nourrissant de la vie du village.

Un travail graphique soigné recrée en quelque sorte une œuvre différente dans les pages de la revue. Un « ultra paysage » s’ouvre, mental et humain que l’on peut observer sans se lasser, au rythme lent de ces latitudes. Une pause agréable et nécessaire dans nos vies urbaines, petite trêve à ne manquer sous aucun prétexte.

JPEG - 83 ko

« In 2010, I came as an artist for the first time to the Nes Residency in Skagaströnd. It was beginning of August and the start of a three month residency in that little fishing village at the end of the world. I was about to undertake an experience which would take me out of my comfort zone. I was on a quest for space, nature, directness ; a contrast from my Paris life which is garnished with long distances between places and people combined with high traffic, density, information and anonymity. During the first days the weather was dull and misty. The haze and whiteness of the sky hid the width of the ocean and the height of the mountains. In the polar summer night the trafic lights looked like glowing dandelions on light blue night sky.

A few days later once the sky lifted to reveal a spectacular bright blue sky and unveiled a shimmering landscape. With one of my new made artist friends we went up to Spákunfell the mountain behind the town.
Skagaströnd’s hidden beauty was revealed.

The experience of the space below and above me, the connection between earth and sea as well the tension between closeness and distance changed me. The impact of this new world directly flew into my emotional and physical structure where it reawakened my childhood and youth spent in a small village.
Landscape was immediacy, something to experience with all the senses and I got part of that landscape. Today when I land at the airport in Keflavík, regardless the time I’ve been away,

I feel I am coming home.
Over the years the connection and relation with this place and the people there grew. One can compare this relationship to the evolution of love, over the years it became calmer but also deeper and stronger. In 2012 I learned of the town archive and my interest as a photographer was deeply inspired by it. In quite a short time I could have an overview of the last hundred years of history of the town, not just its large moments but its intimate one’s as well.

The encounter with about seventy artists and their work created on site evoked the wish to create a unique voice of the past and present of Skagaströnd. This magazine is an iconographic assemblage with images of the archive and artworks and my tribute to this special place. »

Andrea Weber

À propos de "Nes Artist Residency"

La Nes Artist Residency a été fondée en mars 2008 à Skagaströnd, un petit village au nord-ouest de l’Islande. C’est une des plus grandes résidences d’artistes en Islande, il y vient entre 90 à 120 artistes par an. Nes met à disposition des espaces de travail et d’habitation à Skagaströnd. Il s’agit d’une résidence axée sur la recherche artistique et le processus de création. Elle met en place un échange entre des artistes internationaux ainsi qu’un espace immersif afin de permettre à la création artistique de se développer et de croître. Nes met l’accent sur l’engagement avec la communauté et les pratiques collaboratives. C’est une résidence multidisciplinaire qui accepte des applications de tous les champs artistiques. Elle reçoit aussi des écrivains en collaboration avec l’Université d’Islande et coordonne l’accès à des dispositifs supplémentaires pour des danseurs, compositeurs et musiciens.

JPEG - 91.9 ko

Voir en ligne : Nes Artist Residency

On peut se procurer la revue chez :
- OFR, 20, rue Dupetit Thouars, Paris 75003,
- à la Librairie Photographique, Le 29, 29, rue des Récollets, 75010 Paris,
- à la Librairie Volume, 47, rue Notre-Dame de Nazareth, Paris 75003
- à Strasbourg au Quai de Brumes,
- en Allemagne, chez Motto, Berlin.

Une signature et rencontre avec Andrea Weber aura lieu le 28 février à 19h30 à la galerie Volume 47, rue Notre-Dame de Nazareth, Paris 75003.