rêve

mercredi 25 mars 2015

Transcrire l’empreinte, abolir le temps

En couvrant ses feuilles ou ses toiles sur toute leur surface, Adoka Niitsu nous donne à voir une forme de grouillement, celui qui nous constitue et que nous révélerait chaque parcelle de matière si nos yeux étaient des microscopes. Dans le déploiement de ses installations, entrent en résonance des objets singuliers, des images en mouvements, des projections, des dessins ou des impressions et des éléments divers. Ces installations forment un contrepoint essentiel à l’œuvre plastique pure.
Au cœur de toute l’œuvre d’Adoka Niitsu, on découvre une fascination pour la trace et l’empreinte.

par Adoka Niitsu et Jean-Louis Poitevin

Lire

dimanche 21 décembre 2014

Avec obstination

Mais pourquoi ce rictus amer, lui demandais-je plus tard lorsqu’elle eut accepté un bol de café.

par Joël Roussiez

Lire

mardi 28 octobre 2014

Sous les pas du blaireau

Je marcherai sous la pluie avec mes gants de laine, dissimulant mes mains sous mon manteau imperméable. J’écouterai ainsi la nature qui ruisselle et le silence qui crépite afin qu’ils étourdissent dans mes oreilles le tumulte des pensées qui s’ébattent.

par Joël Roussiez

Lire

vendredi 26 septembre 2014

Dans un marais hostile

Allons devant le jour et marchons d’un bon pas ; voici les herbes sous les arbres et des nuages dans le ciel ; ce sont les choses qui se présentent tout autour du chemin mais il n’y a personne qu’un pigeon qui s’envole…

par Joël Roussiez

Lire

mercredi 30 juillet 2014

L’image-absolument-image

En pénétrant dans l’atelier de Richard Texier où sont actuellement accrochées quelques-unes des images de Panthéo-Vortex, cet ensemble d’œuvres en cours de formation - comme on le dirait si l’on assistait à la naissance d’une galaxie - il est immédiatement manifeste que quelque chose de puissant s’avance vers nous, mais aussi nous enlace, nous étreint et aussitôt commence de nous transformer.

par Jean-Louis Poitevin et Richard Texier

Lire

lundi 28 avril 2014

Cent images pour une image

Antal Csaba est l’un des rares scénographes dans le monde et pratiquement le seul en Europe à réaliser des œuvres en 3D pour la scène musicale et théâtrale. Avec ses « décors » pour la Flûte enchantée, réalisés pour l’opéra de Bolzano en janvier dernier, il démontre à la fois la maîtrise à laquelle il est parvenu et l’enjeu de ce type de création qui cumule la puissance de la vidéo, du film et du jeu vidéo. Aujourd’hui, il réalise la scénographie de La lettre des sables, création de Christian Lauba à l’opéra de Bordeaux. Cent images pour une image, tel est le ratio avec lequel il travaille. Cette formule dit à elle seule les potentialités de cette technique et les possibilités qu’elle offre, en particulier dans l’invention de mondes inconnus, la modulation des images, les changements de plans et la fluidité des enchaînements.

par Csaba Antal et Jean-Louis Poitevin

Lire