Société

La société est la forme que prend la « conscience de soi » de groupes humains. Elle est l’image « imprésentable » de l’homme lorsqu’il s’efforce de comprendre en quoi et comment il appartient à un ensemble plus vaste qui l’englobe et le détermine.

Groupe d’humains formant communauté, « la » société s’est globalisée au point d’être, sous certains aspects, devenue planétaire. Pourtant, cette société planétaire est elle-même composée d’une infinité de sociétés. Chaque « société » existe selon des modalités diverses et entretient avec toutes les strates temporelles qui constituent l’histoire humaine des relations différenciées.
Identité, aliénation, culture, droit, universalisme, langues, la société est le domaine où se forme le sens, qui, selon Marc Augé, est « la relation entre les uns et les autres, entre l’un et l’autre, en tant qu’elle est pensable, pensée, représentée et éventuellement instituée ».
Au cœur du fonctionnement des sociétés, on trouve la question de la croyance et de la formation du sens, c’est-à-dire celle des récits et des mythes, des fictions, qui leur permettent de « tenir ». La société est la forme que prend à un moment donné la « conscience ». Elle est l’image « imprésentable » de l’homme individuel, culturel et générique lorsqu’il se projette comme appartenant à un ensemble plus vaste.

vendredi 1er juin 2018

Debord / Décept — V/V

Dans cette dernière partie de Debord / Decept, c’est à comprendre ce qu’il en est de l’effacement de la conscience historique que le texte s’attache en montrant par exemple comment "prisonniers du jeu médiatique, les mots sont appelés à prendre des significations si différentes et dans un temps si court qu’aucune ne joue plus le rôle de référence, ce n’est pas tant leur sens qui se perd que la possibilité de déterminer ce qui a ou fait sens, ce qui est important ou non, ce qui est décisif ou pas."

par Jean-Louis Poitevin

Lire

vendredi 1er juin 2018

Mai 1968, un évènement en deux mouvements 2/2

Dans la première partie de cet article, parue le mois dernier, Bernard Perrine a présenté sa vision des évènements de mai 1968 jusqu’à la manifestation du 29 mai.

Dans cette seconde partie, il évoque la manifestation gaulliste du 30 mai sur les Champs Élysées. Celle-ci ouvrira la phase politique des évènements, censée marquer le "retour de l’ordre". Il n’en sera rien. Elle sera marquée pour de nombreux mois encore par le "Sois jeune et tais-toi" et les "Élections piège à c …"

En conclusion Bernard Perrine évaluera les incidences de mai 68 sur la photographie et l’uchronie que l’on peut observer cinquante ans plus tard.

par Bernard Perrine et Hervé Bernard

Lire

vendredi 1er juin 2018

Images et Mésopotamie 1/2

Luc Bachelot archéologue, spécialiste de la Mésopotamie et aussi penseur des images à travers les millénaires nous offre ici en un raccourci saisissant un voyage dans ces mondes que la folie perverse de nos états détruit et avec eux les traces des plus anciennes civilisations, celles sans lesquelles nous ne serions rien.

par Hervé Bernard et Jean-Louis Poitevin

Lire

vendredi 1er juin 2018

Zaven Parré 2|2

Dans cette seconde partie de notre entretien, après nous avoir présenté son travail, Zaven Paré nous parle de manière plus personnelle de ce qui le fascine dans les robots et dans les manières qu’ont nos sociétés de s’y confronter.

par Martial Verdier , Virginie Rochetti et Zaven Paré

Lire

vendredi 1er juin 2018

Déflagration

Des êtres humains venaient d’être évacués

par Xavier Pinon

Lire

lundi 30 avril 2018

Zaven Paré

Zaven Paré nous emmène dans un univers de bricolage hautement technologique où faux-semblants et effets de présence se mettent au diapason d’une société flageolante, doutant de sa propre humanité.

par Martial Verdier , Virginie Rochetti et Zaven Paré

Lire

lundi 30 avril 2018

Exotismes et rêves de l’Autre

Comment restituer la pensée d’un homme, tour à tour artiste, critique, historien d’art, écrivain et collectionneur ?
Tel est l’enjeu de cette exposition présentée jusqu’au 1er Juillet au Centre d’art de Royan par l’agence Captures et l’artiste Gaëtan Léon.

par Frédéric Lemaigre et Gaetan Léon

Lire

lundi 30 avril 2018

Mai 1968, un évènement en deux mouvements 1/2

A travers cette retranscription des évènements de mai et juin 1968, Bernard PERRINE nous donne à voir et à lire, en creux, sa conception du journalisme. Définition construite en partie autour des ’’Picture essay’’ de Life et donc d’un travail au long court.

par Bernard Perrine et Hervé Bernard

Lire

lundi 30 avril 2018

Absence(s)

Se réveiller un matin avec le sentiment de ne plus « être » !

par Antonio Domingues et CORRIDOR ELEPHANT

Lire

lundi 30 avril 2018

Debord / Decept — IV/V

Dans une note, intitulée Sur In Girum, datant de décembre 1977 et qui servit de base à l’Apologie qu’avait commencée d’écrire Guy Debord dans les derniers temps de sa vie, il écrit : « Mais l’eau du temps demeure qui emporte le feu, et l’éteint. »

par Jean-Louis Poitevin

Lire


|