jeudi 29 juillet 2021

Accueil > Les rubriques > Images > Rien ne les relie entre elles, elles sont

Rien ne les relie entre elles, elles sont

, Corridor Eléphant et Manuel Conty

Rien ne les relie entre elles, elles sont indépendantes les unes des autres, il ne semble pas envisageable qu’elles se rencontrent, elles ont leur propre raison d’être, leur propre sens…

Les corrélations entre intime et monde extérieur.

Susciter l’émotion, une réaction, un questionnement au-delà du beau ou du disgracieux, du « j’aime, je n’aime pas ».

Sortir de la notion d’opposition pour appréhender celle de la complémentarité, composer, créer l’union des contraires.

Ce que j’ai devant les yeux est la matière première, qu’il s’agisse de l’humain, de la nature ou d’une structure créée de toute pièce.

Rien ne les relie entre elles, elles sont indépendantes les unes des autres, il ne semble pas envisageable qu’elles se rencontrent, elles ont leur propre raison d’être, leur propre sens, leur propre but, leur fonction.

Tout est clivage dans un premier temps, clivage temporel, géographique et esthétique.

Le clivage fait naitre en moi de l’incompréhension qui engendre de la colère.
La colère est en moi mais elle n’est pas une fatalité, je ne suis pas que colère, je suis dual et empreint de contradictions.

Je suis aussi animé de doutes, d’espoir, luttant contre la rigidité de mes certitudes et c’est ce qui me met en mouvement.

De ce que je vois à l’extérieur, je dois l’assimiler, le métamorphoser en une vision nouvelle qui m’amène à l’émerveillement, opérer tel un alchimiste, œuvrer pour la paix intérieur, sentiment d’apaisement en me prouvant à moi-même qu’il est possible de changer son propre regard et le partager avec autrui.