lundi 30 novembre 2020

Accueil > Les rubriques > Société > Les enfants exceptionnels

Les enfants exceptionnels

Jean-Francis Fernandès

, Jean-Francis Fernandès

Ces photographies ont été réalisées auprès d’enfants autistes en mai et septembre 1976 puis mai 1980, rencontres épisodiques de courtes durées dues aux autorisations institutionnelles délivrées parcimonieusement.

Les prises de vue ont eu lieu, dans un premier temps, en région parisienne dans un hôpital de l’assistance publique à l’occasion de la fête annuelle des enfants, puis dans un second temps, dans le sud de la France en bord de mer, où des jeunes d’un hôpital de jour de la proche banlieue parisienne passaient leurs vacances.

Ce choix d’effectuer des tirages denses et en plan serré (pour la plupart d’entre eux) est délibéré afin de mettre en valeur l’isolement de l’enfant, enfermé dans la souffrance en dépit de l’encadrement humain hospitalier.

L’étouffement visuel ou "l’enfermement photographique" aux regards remplis d’espoir de vivre serait-­il présent à nos yeux ?

Une réalité nous regarde, nous interroge, sans pitié, sans marchandage, simplement, silencieusement.

Voir aussi dans Corridor Éléphant la suite du Port-Folio, https://www.corridorelephant.com

Jean-Francis Fernandès vit et travaille à Paris où il est né en 1952.
Dés l’âge de 14 ans, il se passionne pour le cinéma et la photographie puis fréquente l’Académie Charpentier et l’Ecole Louis Lumière.
En 1969, il réalise en 16 mm "Et Après" (TK-21 n°35), présenté en 1978 au Centre Pompidou aux journées de cinéma « La Ville et l’Enfant ». Suivront "Monologue de Sourds", "Un Français parle aux Français" (TK-21 n°68) et "Enquête Sociale" (TK-21 n°40) qui sera présenté, en 1980, au Festival International Cinéma du Réel, au Centre Pompidou.
Parallèlement, il est le photographe de la Mission Interministérielle de l’Aménagement de la Côte Aquitaine (1972-73), de l’un des services du Muséum National d’Histoire Naturelle (1976-77)…
Il effectue, en 1979, un reportage photographique sur les cinémas de la Capitale, commandé par Paris Audiovisuel pour la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris.
A partir de 1980, il se consacre exclusivement à la photographie et travaille pour l’Agence Groupe 7. Se succéderont des commandes pour de grands groupes industriels et des organismes institutionnels tels que l’Etablissement Public du Grand Louvre (1984-85 puis 1993).
Prix Air France - Ville de Paris en 1984, il réalise un reportage aux Philippines dont les images seront exposées en 1985 au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris.
Parmi ses séries photographiques, on compte : les Enfants Exceptionnels, les Ombres de la Ville Lumière, la Pauvreté ordinaire en France…
Il est représenté dans les collections du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, de la Maison Européenne de la Photographie, du Festival de l’Image du Mans, de la BDIC – Musée d’Histoire Contemporaine, de la Maison Robert Doisneau, du Studio Harcourt. Il est présent également dans des collections privées.
Il réalise lui-même ses tirages d’expositions et de collections.