lundi 30 novembre 2020

Accueil > Les rubriques > Voir & écrire > La pensée mondiale et l’Amérique latine

La pensée mondiale et l’Amérique latine

Seconde partie

, Pedro Alzuru

En janvier 2019, Le Magazine Littéraire a publié un dossier sur les 35 penseurs les plus influents du monde aujourd’hui, les responsables en reconnaissent leur part de subjectivité et d’arbitraire. Une présentation à la fois synthétique et efficace, nous permet ici de partir à la découverte de la seconde moitié de ces figures emblématiques de notre temps disruptif.

À une culture comme celle de l’Amérique latine, en fait une variété de cultures, à qui on attribue facilement l’étiquette de macho - le terme macho en espagnol est couramment utilisé dans d’autres langues - et dans laquelle ce stéréotype est parfois assumé fièrement, il est plus que nécessaire d’intervenir dans la discussion ouverte par des critiques du sujet, comme Judith Butler, États-Unis 1956, l’une des stars de la pensée postmoderne pour son questionnement sur le genre, figure des études queer qui cherchent à distinguer la sexualité des genres sociaux des biologiques, leurs textes sont cités par tous ceux qui s’opposent au binarisme des genres et à la norme hétérosexuelle qu’ils disent socialement imposée. Pour elle, le genre n’est pas une essence mais une « performance » transmise entre les générations, une question sur laquelle se concentre son analyse, qui fait déjà partie de la culture d’aujourd’hui.

Judith Butler

Le féminisme et la perspective de genre, à notre point de vue, d’une recherche raisonnable d’égalité devant la loi, sont précisément devenus un « isme », une exagération, une vengeance contre le soi- disant pouvoir millénaire du patriarcat. Pour coincer le machisme, ils veulent mettre fin à l’homme. Si le genre est une construction socioculturelle, qu’est que la revendication des identités LGBT, etc.?

Donna Haraway

De même que la frontière de genre est remise en question, elle thématisée également l’imbrication progressive homme / machine, comme dans la recherche de Donna Haraway, États-Unis 1944, cyber féministe qui annonce l’avenir des relations homme-machine, dans laquelle elle établit une analogie entre le cyborg et la manière dont les pratiques sociales et le discours scientifique construisent la féminité. Critique les connaissances situées, selon le sexe, ainsi que la pseudo-objectivité scientifique, en comparant les études sur les primates réalisées par des hommes et des femmes. En raison de la multiplication des artefacts qui diluent la frontière homme-machine, ainsi que la frontière homme-animal - affirme-t-elle - nous devons revoir notre « ontologie ».

Naomi Klein

Le féminisme et le gauchisme ont des liens historiques, qui n’excluent nullement les problèmes internes, mais le lien est commun, comme dans Naomi Klein, Canada 1970, prima donna de la pensée de gauche. Connue depuis 1999 pour sa dénonciation No Logo, contre la tyrannie des marques, alors ses livres sont devenus des classiques de l’alter globalisme anti-néolibéral : soit sur les crises comme opportunités de politique propre, soit sur la guerre entre le capitalisme et la planète. L’une des principales adversaires de Trump sur la scène nord-américaine, considère son élection comme la preuve de l’influence croissante des big business en politique. Le machisme, la démagogie, le populisme ne sont pas exclusifs à l’Amérique latine, ni à la droite. L’avenir de l’Amérique latine est une incertitude totale, le militarisme, le totalitarisme, le radicalisme idéologique, le trafic de drogue, le crime organisé et tout cela finalement au pouvoir, non plus seulement lié au gouvernement mais en tant que gouvernement, ils semblent être en charge de nous chevaucher dans le tunnel du temps, déconnectant la région de ses liens avec le globe, en particulier de ses liens avec l’Occident dont elle fait partie, même si elle en est une extrémité, comme le disait Octavio Paz. Par conséquent, l’écart entre les pays qui produisent et manipulent les nouvelles technologies de l’information et de la communication et ceux, comme nous, qui ne font que les consommer, se creuse.

Raymond Kurzweil

Aucun débat sur l’avenir ne peut ignorer les travaux de Raymond Kurzweil, États-Unis 1948, directeur de recherche chez Google, surnommé la « machine cérébrale ». On lui doit des avancées décisives dans la reconnaissance optique des caractères d’impression, dans la reconnaissance vocale, dans le transfert de fichiers et de livres en parole synthétique - pour les aveugles - ; des synthétiseurs duplicateurs - même pour imiter les meilleurs voix -, le son d’instruments réels, etc. Recherche qui prévoit des innovations en matière de traduction simultanée, de dialogue homme-machine, etc. C’est une source de réflexion plus approfondie sur la technologie, les machines intelligentes, l’intelligence artificielle et l’idée de « singularité technologique » une super intelligence qui amorcerait une nouvelle ère de l’humanité.

Kurzweil passe en revue l’histoire de l’humanité et la divise - comme Comte - en six époques avec un but qui serait le domaine de la super intelligence spirituelle et de la vie éternelle. Des prédictions réfutables qui, cependant, soulèvent des questions sur les miracles et les traumatismes potentiels causés par les nanotechnologies, l’extension de nos capacités cognitives et notre devenir des hybrides homme-machine. Avec Tim Berners-Lee, inventeur du web, et Gordon Moore, l’un des fondateurs d’Intel et créateur de la loi du même nom, c’est la référence de toute projection sur le monde de demain qui se fait déjà aujourd’hui, tandis que l’Amérique latine reste au XXe siècle, quand elle ne revient pas au XIXe.

L’utilisation et le développement de la technologie dans cette extrémité du monde occidental ont toujours été problématiques. L’économie coloniale était fondamentalement d’enclave, l’extraction de matières premières au profit des métropoles ; les guerres d’indépendance ont mis fin à une bonne partie de ce qui avait été avancé ; dans la période postindépendance une résistance romantique à l’industrialisation et au développement technique est apparue, ainsi que les échanges inégaux imposés par les métropoles ; dans la seconde moitié du XIXe siècle et jusqu’aux dernières décennies du XXe siècle, il y a eu un développement significatif, l’Amérique latine a été le destinataire des migrations d’Européens et d’autres régions du monde qui y ont vu une meilleure destination, les dernières décennies du XXe et le début du XXIe ont signifié un frein sinon un revers dans ce sens, de nombreux gouvernements ont été si inefficaces et destructeurs qu’il faudra des décennies pour nous réintégrer sur la voie du progrès - sans oublier les critiques qui peut avoir le terme progrès.

Jeremy Rifkin

Une de ces critiques la pose Jeremy Rifkin, Etats-Unis 1945, prophète de la « troisième révolution industrielle ». Dans les années 60, militant contre la guerre du Vietnam, après la lutte environnementale, le premier à parler de « réchauffement climatique », de brevetage du vivant, des dangers de la biotechnologie, etc., préoccupé par le progrès technique qui peut saper l’objectif du plein emploi et, par conséquent, soutient la création d’un « revenu universel de base ». Son influence ne se limite pas à l’Occident, ses concepts se retrouvent dans le 13e plan quinquennal chinois de 2016. Dans ses dernières œuvres, il arrive, avec son concept de « nouvelle société à coût marginal zéro », même pour affirmer que les nouvelles technologies remettent en question le moteur de l’accumulation capitaliste, le profit. Imagine donc une « sortie » en douceur du capitalisme, remplacée par une société « solidaire ».

Le problème est que cette « sortie » vers la « solidarité », lorsqu’elle a été tentée, jusqu’à présent, n’a en rien été sans heurts, au contraire elle a dégénéré en cauchemars où les inégalités de la démocratie libérale se creusent, loin d’être corrigées.

Yuval Noah Harari

Une vision plus optimiste, si vous voulez, est celle de Yuval Noah Harari, Israël 1976, futurologue et paléontologue, qui reformule l’histoire de la race humaine en la reliant à la « révolution cognitive » et aux flux de données (data) et nous donne une perspective sur le futur de l’humanité basé sur le développement de l’intelligence artificielle.

Amartya Sen

Il y a des penseurs plus pondérés, plus consensuels qui considèrent le meilleur des deux systèmes politico-économiques entre lesquels le monde se débat depuis un peu plus d’un siècle, sans cesser de les interroger, d’où leur influence. L’un d’eux est Amartya Sen, Inde 1933. L’influence de son idée de « capacités » n’est pas niée dans les pays développés ou émergents. Formé à Calcutta et Cambridge, professeur à Oxford, Cambridge et Harvard, prix Nobel d’économie en 1998 pour ses travaux sur la pauvreté et le développement humain. Sen interprète les famines non comme des calamités naturelles qui conduisent à la disparition de la nourriture, mais comme le résultat d’un accès inégal à celle-ci. Sa théorie des « capacités » ou libertés substantielles et positives évalue les gouvernements pour leur capacité à permettre aux citoyens d’exercer efficacement leurs droits. Sans eux, les droits de l’homme - vote, éducation, information, déplacements - sont lettre morte. Il propose de surpasser les indicateurs économiques traditionnels - tels que le revenu moyen - en mesurant les libertés dans cinq domaines : libertés politiques et économiques, opportunités sociales, garantie de transparence et protection du citoyen. C’est pourquoi il insiste sur le fait que les progrès de l’éducation et de la santé doivent précéder toute réforme économique.

Cette théorie a été reprise par le Programme des Nations Unies pour le développement. Ses indices de mesure du développement humain (IDH) permettent de voir plus clairement les formes de pauvreté, ceux-ci l’ont amené à proposer une théorie générale de la justice (2012) qui confronte les philosophies transcendantales de la justice issues des Lumières et avec John Rawls, qui rejette à la fois les courants libéraux qui font de la justice le résultat naturel du marché et la philosophie utilitariste. Il est également connu pour son analyse sévère des inégalités hommes-femmes. Nous nous permettons de souligner certaines de ses idées car elles semblent naître de l’observation des terribles gouvernements que nous avons eus dans la région, en particulier celui du chavisme au Venezuela, où le gouvernement, loin d’être une garantie des droits fondamentaux de la citoyenneté, devient son ennemi. Ce sont des idées qui permettent une approche du progrès comme quelque chose de tangible, de concret, de possible, loin des disputes fratricides entre gauche et droite ou, plus clairement, dans ce cas, entre dictature et démocratie.

Jean Tirole

Dans cette perspective est placé Jean Tirole, France 1953, prix Nobel d’économie, milite pour un « nouveau contrat social » humaniste libéral. Sans idéologie et sans sectarisme, il défend la rationalité du marché et sa régulation ferme, une économie au service de l’homme et non l’inverse, dans laquelle l’entreprise veille à sa rentabilité sans oublier les intérêts du pays, de l’environnement et de son engagement écologique, ses actionnaires et ses salariés, il est une référence éthique incontournable dans le domaine économico-social.

Paul Krugman

Dans ce débat participe Paul Krugman, États-Unis 1953, blogueur libéral, générateur d’opinion, de nombreux tweets enragés de Trump sont des réponses à l’analyse acide qu’il fait sur son site du New York Times dont le slogan est « The Conscience of a Liberal ». Prix Nobel 2008 pour ses travaux sur le commerce international, défend une position interventionniste sur le plan social mais respectueuse de la rationalité libérale, un social-démocrate informé et rigoureux.

Thomas Piketty

De même, Thomas Piketty, France 1971, a remis en scène le problème des inégalités. En 1993, lorsqu’il présente sa thèse sur « la théorie de la redistribution des richesses », la question des inégalités apparaît comme une nostalgie marxiste, un problème qui pourrait affecter la logique libérale qui paraissait optimale. Aujourd’hui, l’explosion des inégalités déstabilise globalement le terrain politique. Il a donc lancé l’alerte économique, la solution qu’il propose, un impôt mondial sur les fortunes, est irréalisable puisque, comme il l’explique lui-même, les inégalités de richesse sont encore plus profondes que celles de revenus et les renforcent, en tout cas le débat c’est ouvert.

Si les citoyens de nos pays exerçaient un contrôle efficace sur tous les soupçons de corruption et que les pays occidentaux cessaient d’être des paradis fiscaux pour les « postcoloniaux » corrompus, s’ils étaient persécutés jusqu’à ce qu’ils payent le dernier centime, nous sommes sûrs qu’il y aurait un changement radical dans ces économies pillées, il ne serait pas nécessaire « d’exproprier » ou d’imposer des impôts sur les fortunes produites par le travail. Les oligarchies du socialisme du XXIe siècle dans les pays d’Amérique latine en sont venues à gérer le budget national de manière discrétionnaire, comme c’est le cas de Chávez et Maduro au Venezuela.

Harald Welzer

Les affaires économiques et politiques dans les dernières années ont été compliquées par l’inclusion de problèmes écologiques dont ils ne peuvent plus être séparés. C’est ce que fait remarquer Harald Welzer, RFA 1958, socio-psychologue, il nous alerte sur les guerres climatiques à venir. Réputé à la fois pour ses études historiques sur la conversion pendant le nazisme des « hommes normaux » en meurtriers de masse insensibles, et pour la prédiction, en 2009, de violents conflits géopolitiques engendrés par le désordre climatique, la tragédie sans fin du Darfour (2003, à l’ouest du Soudan, un génocide dans lequel environ 300 000 morts et près de trois millions de personnes déplacées) serait la première guerre du genre. Il tient la culture de consommation, « huile-alcoolique » responsable de ces conflits futurs, certains l’accusent pour cela comme un « idéologue anti-occidental ». Il promeut également des modes de vie alternatifs.

Nous ne pouvons pas nous empêcher de nous rappeler que les projets d’inspiration égalitaire et marxiste qui ont tenté de mettre fin aux inégalités de la société de classe ont fini par créer des sociétés de castes, l’oligarchie autoritaire au pouvoir et le reste de la population - leurs « peuple bien- aimé » -, avec une répartition des richesses encore plus inégale que celle des démocraties libérales. L’Amérique latine ne fait pas non plus exception à cette règle. Ces modes de vie alternatifs, surmontant la culture de consommation « huile-alcoolique », transformés en gouvernement, finissent par être plus prédateurs que le système qu’ils remettent en question. Ils sont capables de mettre fin au système productif, à la loi, à l’indépendance des pouvoirs et à l’environnement.

Peter Singer

Une contribution très influente à ce sujet est celle de Peter Singer, Australie 1946, son texte sur la « libération animale », 1975, occupe une place centrale dans les débats sur l’éthique appliquée. Il se demande comment justifier le traitement que nous donnons aux animaux si nous savons qu’ils souffrent. Les grands philosophes occidentaux, Aristote, Descartes, Kant, ont postulé une frontière insurmontable entre les humains et les animaux, ils ont fait de l’appartenance à une espèce le facteur d’assujettissement à une communauté morale, certains de nos droits dépendent de cette appartenance. Singer rejette cette vision des choses comme du « spécisme », proche du racisme, dont il fait valoir son appel au mouvement de libération animale. Son raisonnement s’inscrit dans la tradition de l’utilitarisme, la mesure morale d’une action est qu’elle conduit au plus grand bonheur au plus grand nombre : minimiser la souffrance, maximiser le plaisir. Si nous reconnaissons une sensibilité aux animaux, cette règle devrait nous faire changer d’attitude. C’est pourquoi Singer critique l’expérimentation animale et prône un régime végétarien et de meilleures conditions d’élevage. Elle étend aussi ces conditions à d’autres objectifs moraux : en économie elle défend un « altruisme effectif », une partie de notre existence doit être consacrée à l’amélioration des conditions d’autrui. Quand on retrouve Singer, et d’autres qui les partagent, des positions similaires, on ne peut s’empêcher de les confronter à la pratique réelle de l’être humain en relation avec ce voisin élargi qui nous inclut dans une « maison commune », cette pratique réelle, en particulier avec d’autres de la même espèce, il reste prédateur. Un autre aspect, plus controversé, est sa défense de l’avortement car, selon lui, le fœtus n’est pas encore un être humain, cela lui a valu l’accusation de « nazi ». En tout cas, c’est un athée libre penseur avec une approche rationnelle de l’éthique.

Steve Bannon

Les extrêmes se rencontrent, dit le lieu commun, les populistes de gauche et de droite peuvent être confondus, c’est ce que suggèrent des gens comme Steve Bannon, États-Unis 1953, aventurier anti-intellectuel de la droite alternative américaine. Marine, banquier, producteur hollywoodien ; il n’a rien écrit à part des documentaires de propagande sur Reagan et Sarah Palin. Chef du new-look national- populiste américain d’extrême droite, il a été directeur exécutif de la campagne Trump, « conseiller stratégique » à la Maison Blanche, d’où il a dit au revoir pour lancer Le Mouvement, une fondation dont l’objectif est d’ajouter les partis populistes européens avec le but de bloquer l’Union européenne, symbole du multilatéralisme qu’elle exècre. Derrière lui, il y a des intellectuels comme Diego Fusaro qui convoque Marx et Gramsci pour justifier l’alliance entre 5 Stelle et La Liga, ainsi l’anti-intellectuel devient, par procuration, un théoricien politique.

Roger Scruton

Aussi Roger Scruton, Grande-Bretagne 1944, son néo-conservatisme est profitable à droite. Philosophe et romancier, il est loin des grossières provocations de ses pairs nord-américains. Plus sophistiqué dans son style et dans ses idées, il attend le jour où la défense des traditions revient à la mode, pour l’instant il rejoint la vague populiste qui oppose les « gens de quelque part », identifiés à leur pays, à ceux « de nulle part », les apatrides, les déracinés.

Que dire des diasporas du XXIe siècle, ou de ceux qui ont été poussés par des régimes autoritaires, de « leur côté », leur pays, à l’exil, à chercher refuge ailleurs, à ne pas être « de nulle part » ? Dans le cas du Venezuela, j’insiste, plus de cinq millions d’expatriés au cours des sept dernières années, la plus grande diaspora de l’histoire du continent.

Ta Nehisi Coates

Outre les critiques générales et l’activisme qui ont à voir avec le politico-économique, il y a ceux qui revendiquent des spécificités ethniques, religieuses, culturelles, etc. Ce sont les cas de Ta-Nehisi Coates, États-Unis 1975, nouvelle figure de la communauté noire des États-Unis. Il reprend une bonne partie des observations faites par James Baldwin (1963) sur les tensions raciales qui persistent aux États-Unis et ailleurs, dans son premier livre (2008) il raconte son enfance dans une banlieue de Baltimore marquée par la violence et le crack dans les rues et même dans les écoles. En 2015, il a reçu le National Book Award pour Between the World and Me, un essai sous forme de lettre à son fils déplorant la persistance d’un racisme « institutionnel » latent envers les minorités de couleur aux États-Unis. Porte-parole intellectuel du mouvement Black Lives Matter, aux côtés de Cornel West. Un témoin indigné des misères et des drames de sa société.

Azmi Bishara

Également d’Azmi Bishara, Israël 1956, arabo-israélienne, d’une famille chrétienne. Il a écrit des livres sur la société civile, l’Islam, le droit des minorités, etc. De 1996 à 2006, il a été député à la Knesset - parlement monocaméral de l’Etat d’Israël -, soupçonné par ce dernier d’avoir reçu de l’argent d’Hezbollah, il a dû se réfugier à Doha en 2007, invité par l’émir du Qatar. En dix ans, il a construit un empire médiatique qui a eu beaucoup d’influence sur les « révolutions arabes », devenant la voix de la « démocratie radicale » au Moyen-Orient. Fondateur du Centre arabe de recherche en études politiques (CAREP), protagoniste d’une pensée arabe ouverte mais fidèle à ses traditions.

Richard Dawkins

Et de Richard Dawkins, Grande-Bretagne 1941, athée militant, d’abord biologiste et éthologue, on doit à cet imitateur de Darwin l’hypothèse controversée du « gène égoïste », 1976 ; vulgarisateur et militant des idées athées radicales. Il a développé une lutte acharnée contre le créationnisme et l’invasion de pseudo-sciences, selon lui, comme les médecines alternatives. Toutes les religions sont pour lui un virus contre l’intelligence. En 2010, il a confirmé l’accusation de Benoît XVI de crimes contre l’humanité. Aussi informé que intransigeant, il a créé la « Fondation pour la raison et la science » et l’« Alliance athée internationale ».

Robert J. Gordon

Un autre type de minorité trouve une voix chez Robert J. Gordon, États-Unis 1940, qui soutient que la « révolution numérique » ne créera pas de croissance significative, ce sera une croissance insignifiante par rapport à celle provoquée par des « innovations » comme l’eau courante, le moteur de combustion, le réfrigérateur, etc. La révolution numérique aurait déjà épuisé ses effets bénéfiques et se heurte désormais aux vents opposés : le vieillissement de la population, l’aggravation des inégalités, etc.

Tu Weiming

Parmi ces 35 notables de la pensée contemporaine, il y a deux chinois qui ont eu un destin similaire ou, plus exactement, le nouvel expansionnisme chinois leur a donné un destin, ils sont : Tu Weiming, Chine, États-Unis 1940, l’un des maîtres du renouveau du confucianisme, très influent dans la « Nouvelle Chine ». Taïwan, Princeton, Berkeley, Harvard, où il a enseigné pendant plus de 20 ans, jusqu’à son retour en Chine, où il a occupé la chaire de sciences sociales à l’Université de Pékin depuis 2016. Ce parcours en tournée de Tu Weiming illustre le destin de la doctrine de Confucius en Chine, rejeté par le régime communiste, est imposée depuis quinze ans comme la philosophie officieuse de la nouvelle Chine, ce qui donne à cette intellectuelle une grande influence au pouvoir.

Zhao Tingyang

Et Zhao Tingyang, Chine 1961, idéologue malgré lui du nouvel expansionnisme chinois. Ce philosophe pékinois a développé la notion confucéenne de « tianxia », littéralement « tous sous le même ciel », l’idée que toutes les entités du monde, y compris les hommes, partagent la même situation par rapport à un ciel non transcendant, principe d’harmonie immanente qui règle tout. De là, il puise l’idée d’une morale « inclusive » qui surmonte l’opposition ami / ennemi et s’ouvre à une « compatibilité universelle » à travers une « rationalité relationnelle », perspective qui a suscité l’admiration en Occident. De plus, Zhao Tingyang se présente comme un « démocrate », le problème est que le PCC adore ses écrits, ses livres sont - dit-on - sur la table de chevet du président, probablement à vie, Xi Jinping, il y trouve le début du soft power dont la Chine a besoin. C’est pourquoi certains se demandent si le concept de « tianxia » n’est pas le discours parfait pour l’expansionnisme « cool » de la Chine.

Même sous cet aspect, apparemment si loin de nos côtes, il faut être attentif, les ambiguïtés et les déviations de la politique nord-américaine à l’égard de l’Amérique latine n’ont cessé d’être exploitées par d’autres puissances. Les aventuriers émergents et autres, tout d’abord la Chine, consommateur vorace de matières premières et de bibelots ainsi qu’un prêteur habile, mais aussi la Russie, l’Iran, la Turquie et le Cuba appauvri, qui après soixante ans de mythologie continue de bénéficier du soutien ou du silence de la gauche internationale dans sa politique d’exportation de la révolution, étant à la fois, quand cela lui convient, défenseur de l’autodétermination des peuples et du principe de non- intervention. Précisément son intervention, consentie par le Chavisme au Venezuela, a mis fin à quarante ans de démocratie libérale - avec des problèmes, mais démocratie à la fin - et a conduit le pays à une tragédie humanitaire.