Jean-Louis Poitevin

Jean-Louis Poitevin rédacteur en chef de TK-21 LaRevue, critique d’art, membre de l’Aica, docteur en philosophie.


Envoyer un message

mardi 28 novembre 2017

Faut, faudra, faudrait...

Il y a des livres, tous types d’écriture confondus, qui ne doivent pas rester dans l’ombre où les cantonne le système généralisé de la mauvaise conscience, cette égérie à tendance grégaire que vénèrent les médias.

par Jean-Louis Poitevin

Lire

mardi 28 novembre 2017

Séoul, visages d’une ville

Avec le "Je me souviens" de Benjamin Joinau et "Les ailes d’un ange" de Jean-Louis Poitevin, s’ouvre un voyage inédit dans une des grandes mégapoles du monde, Séoul.
Le dispositif est simple en apparence pour ce documentaire profond : la réalisatrice revient régulièrement à Séoul, qu’elle a quittée, pour voir sa famille, et à chaque retour, elle tourne des vidéos de ses promenades et rencontres, comme on tiendrait un journal intime.

par Benjamin Joinau , Gina Kim et Jean-Louis Poitevin

Lire

mardi 28 novembre 2017

Logiconochronie — XXII

Déprogrammer une œuvre au prétexte qu’elle évoquerait telle chose ou tel événement, ici le massacre des piétons qui déambulaient le 14 juillet sur la Promenade des anglais à Nice, alors qu’elle ne présente que des vagues qui apparaissent à divers moments couvertes de plus ou moins de rouge, est un geste politique qui témoigne d’une phobie très ancienne, inscrite dans le tréfonds de l’âme humaine et dont la figure du serpent témoigne à travers l’histoire des représentations, qu’il faut bien appeler par son nom la peur des images.

par Alix Delmas et Jean-Louis Poitevin

Lire

mardi 28 novembre 2017

Cheminement et institution

TK-21 LaRevue a pour ambition d’être un lieu de réflexion sur les images aujourd’hui. Et en effet quoi de mieux pour les approcher et les comprendre, ces images d’aujourd’hui, que de faire un retour arrière vers le Moyen-Âge, surtout lorsqu’il est présenté avec maestria par Vincent Debiais l’un de ses meilleurs connaisseurs aujourd’hui en Europe, qui dans ce dernier entretien, évoque en particulier les relations entre images et textes. Il n’oublie pas non plus d’attirer notre attention sur certains aspects de cette relation telle qu’elle se joue aujourd’hui, par exemple sur les écrans des télévisions.

par Hervé Bernard , Jean-Louis Poitevin et Vincent Debiais

Lire

lundi 27 novembre 2017

Dormir, rêver peut-être...

Ces trois vidéos ont été réalisées par Stéphane Mortier dans le cadre de son projet sans fin Quotidien d’atelier, dans les ateliers de Roma Napoli, Greemfeld et Pascal Bourgeois Moine. Le rêve s’y révèle être comme une sorte d’instrument de travail, puisqu’il s’agit, toujours, avec l’art, par l’art, de trouver le passage qui conduit de l’autre côté du monde.

par Jean-Louis Poitevin et Stéphane Mortier

Lire

lundi 30 octobre 2017

Logiconochronie — XXI

Les réflexions qui suivent sont motivées par l’œuvre vidéo d’Alix Delmas, Bloody sea. Il se trouve que cette vidéo ne pourra pas être montrée, bien qu’elle ait été originairement sélectionnée par les commissaires.

par Alix Delmas et Jean-Louis Poitevin

Lire

lundi 30 octobre 2017

Le rêve dans la zone rouge

Avec la présentation de six photographes iraniens, dont les œuvres seront exposées lors de Paris Photo à la Silk Road Gallery, nous poursuivons ce long voyage à travers les images photographiques produites dans ce pays à la culture millénaire, à l’histoire récente mouvementée, au présent écartelé mais d’un dynamisme rare qui lui permet de se retrouver au premier plan de la scène artistique, dans le domaine de la photographie en tout cas.

par Jean-Louis Poitevin

Lire

lundi 30 octobre 2017

Réelles présences

TK-21 LaRevue a pour ambition d’être un lieu de réflexion sur les images aujourd’hui. Et en effet quoi de mieux pour les approcher et les comprendre, ces images d’aujourd’hui, que de faire une retour arrière vers le Moyen-Âge, surtout lorsqu’il est présenté avec maestria par Vincent Debiais l’un de ses meilleurs connaisseurs aujourd’hui en Europe.

par Hervé Bernard , Jean-Louis Poitevin et Vincent Debiais

Lire

lundi 30 octobre 2017

L’insolente vitalité du chaos

L’équipe de l’atelier d’imprimerie, l’un des derniers à exister au cœur de Paris, l’atelier Clot, Bramsen et Brunholt a réussi une performance : réaliser la plus grande lithographie du monde, une œuvre du peintre danois Lars Nørgård. Il aura fallu de nombreux mois de travail, des voyages réguliers et surtout une capacité hors norme de la part de l’artiste de prise en compte de l’œuvre à venir comme étant à la fois multiplicité de plans, assemblage de parties distinctes, ensemble et totalité, pour mener à bien l’aventure. Nous ne voulons pas tant, ici, célébrer le « record du monde » que tenter d’approcher le mystère de la création qui nous est, grâce aux nombreux documents disponibles, en partie révélé ici.

par Jean-Louis Poitevin

Lire

dimanche 29 octobre 2017

Parfois, je nous sens un peu seuls !

Chan Kai Yuen met une fois encore en scène des hamsters, un couple de boules de poils possiblement amoureux, dans une sorte de cage qui ressemble plutôt à un ring dans lequel, ce couple tranquille se livre à des jeux à caractère sexuel, prémisses d’un acte qui ne sera pas consommé.
Ils se déplacent sur un écran et de cet écran, flux incessant, des corps émergent, humains, jeunes, nombreux en train, eux d’accomplir les gestes multiples de la copulation.

par Chan Kai Yuen et Jean-Louis Poitevin

Lire


|