Jean-Francis Fernandès

Vit et travaille à Paris où il est né en 1952. Dés l’âge de 14 ans, il se passionne pour le cinéma et la photographie puis fréquente l’Ecole Louis Lumière et l’Académie Charpentier.
En 1969, il réalise en 16 mm Et Après, présenté en 1978 au Centre Pompidou aux journées de cinéma « La Ville et l’Enfant ». Suivront Monologue de Sourds, Un Français parle aux Français et Enquête Sociale qui sera présenté, en 1980, au Festival International Cinéma du Réel, au Centre Pompidou.
Parallèlement, il est le photographe de la Mission Interministérielle de l’Aménagement de la Côte Aquitaine (1972-73), de l’un des services du Muséum National d’Histoire Naturelle (1976-77)…
Il effectue, en 1979, un reportage photographique sur les cinémas de la Capitale, commandé par Paris Audiovisuel pour la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris.
A partir de 1980, il se consacre exclusivement à la photographie et travaille pour l’Agence Groupe 7. Se succéderont des commandes pour de grands groupes industriels et des organismes institutionnels tels que l’Etablissement Public du Grand Louvre (1984-1993).
Prix Air France - Ville de Paris en 1984, il réalise un reportage aux Philippines dont les images seront exposées en 1985 au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris.
Parmi ses séries photographiques, on compte : les Enfants Exceptionnels, les Ombres de la Ville Lumière, la Pauvreté ordinaire en France…
Il est représenté dans les collections du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, de la Maison Européenne de la Photographie, du Festival de l’Image du Mans, de la BDIC – Musée d’Histoire Contemporaine, de la Maison Robert Doisneau, du Studio Harcourt. Est présent également dans des collections privées.
Il réalise lui-même ses tirages d’expositions et de collections.


Envoyer un message

jeudi 29 juillet 2021

Le Louvre : incarnation de la psyché

Ils se connaissent, se respectent, s’estiment savent reconnaître les qualités du travail de l’autre. Jean-Francis Fernandès et Jean-Christophe Ballot ont accepté que l’on croise leurs images autour d’un « sujet » qu’ils ont photographié chacun à des périodes et sous des angles différents. Ce sujet n’est autre que le Louvre.

par Jean-Christophe Ballot , Jean-Francis Fernandès et Jean-Louis Poitevin

Lire

samedi 1er mai 2021

LA DINITER

Stéphane Godard a été un enfant exceptionnel.
La vie de Stéphane Godard a surtout été marquée par un pouvoir exceptionnel de résilience. Il a trouvé, grâce à l’écriture, sa place dans une société pourtant peu tendre avec ceux que l’existence n’a pas épargnés.

par Jean-Francis Fernandès et Stéphane Godard

Lire

samedi 30 janvier 2021

Les enfants exceptionnels III

Madame le Ministre,
Par la presse et par mon entourage, j’ai eu connaissance de vos positions et de votre action pour l’humanisation des hôpitaux et des institutions en faveur de l’enfance handicapée.

par Jean-Francis Fernandès

Lire

dimanche 27 décembre 2020

Les enfants exceptionnels II

Jean-Francis Fernandès, a fait la bleu dans toutes les écoles de la République et essaye de faire de la Photographie [sic].

par Jean-Francis Fernandès et Jean-Louis Poitevin

Lire

lundi 30 novembre 2020

Les enfants exceptionnels

Ces photographies ont été réalisées auprès d’enfants autistes en mai et septembre 1976 puis mai 1980, rencontres épisodiques de courtes durées dues aux autorisations institutionnelles délivrées parcimonieusement.

par Jean-Francis Fernandès

Lire

mercredi 30 septembre 2020

Grand écart

Certains photographes sont sporadiquement ou régulièrement intervenus avec crayons feutres peinture ou autre, c’est-à-dire avec la main, sur leurs propres images. Leur objectif, généralement, consiste à rendre à ce qu’on appelle « la main » une fonction à la fois sensible et agressive voire prédatrice.

par Jean-Francis Fernandès et Jean-Louis Poitevin

Lire

dimanche 2 avril 2017

Un Français parle aux Français

Monsieur A. déménage ! Il raconte 29 ans de sa vie et de ses difficultés ; il était le plus proche voisin du C.F.D.J. de Vitry. Confession ou interview, c’est là un document unique dans son genre.

par Jean-Francis Fernandès et Jean-Louis Poitevin

Lire

dimanche 30 octobre 2016

Dé-Croire #2

Deux adeptes d’une photographie en noir et blanc dont nous avons évoqué à maintes reprises le travail dans TK-21 LaRevue reviennent avec des images inédites dans lesquelles nous sommes invités, nous les humains de ce début de millénaire, à faire face à ce qui, de nous, constitue sans doute un portrait sans concession.
Dans ce texte, Jean Francis Fernandès s’exprime aussi avec simplicité et puissance sur ce qui constitue l’essence de son approche photographique. Pol Lujan, lui, nous propose une méditation sur ce qui constitue le cœur de nos préoccupation les plus évidentes et les plus obscures. À travers un extrait d’un texte de Jean Lacroix, il nous implique dans la confrontation avec nous-même en tant que supports et sujets de nos croyances.

par Jean-Francis Fernandès et Pol Lujan

Lire

mercredi 28 octobre 2015

La voie de l’amour

Jean-Francis Fernandès est un photographe précis, radical, tendanciellement ouvert à ce qui échoit à chacun lorsqu’il se tient aux limites possibles du partage.

par Jean-Francis Fernandès et Jean-Louis Poitevin

Lire

vendredi 28 novembre 2014

Un autre monde

Les jeunes du Centre familial de Vitry-sur-Seine préparent leurs vacances d’été dans un village riche et pittoresque de la Normandie : ils interrogent les habitants sur la délinquance juvénile. Vous ne verrez pas seulement Monsieur le Maire, mais aussi bien d’autres citoyens du cru dans leur vie de tous les jours.
« Enquête Sociale » a été réalisé en 1978 à La Haye du Puits et sélectionné en 1980 pour le Festival International du film Ethnographique et Sociologique Cinéma du Réel au Centre Georges Pompidou.
Réalisation : J.F. Fernandès, Couleur, Son magnétique, Durée : 17’3O’’

par Jean-Francis Fernandès et Jean-Louis Poitevin

Lire


|