samedi 3 août 2019

Accueil > Les rubriques > Villes > In situ : Patrimoine et art contemporain en Occitanie

In situ : Patrimoine et art contemporain en Occitanie

Introduction de Pascal Pique, Le Musée de l’Invisible

, Pascal Pique

Depuis 2012, le projet In situ Patrimoine & art contemporain propose chaque été un parcours d’œuvres dans les sites historiques et patrimoniaux de la région Occitanie. Initié en Languedoc-Roussillon par Marie-Caroline Allaire-Matte et l’association Le Passe-Muraille, ce projet s’étend depuis deux ans à l’ensemble de la région Occitanie, avec la participation cette année d’un commissaire pour le territoire ex Midi-Pyrénées, Pascal Pique fondateur du Musée de l’Invisible, ancien directeur de l’art contemporain au Musée des Abattoirs de Toulouse et du Frac Midi-Pyrénées. 15 œuvres sont à découvrir sur 15 sites jusqu’au 29 septembre.

Sont restituées ici les réalisations en ex Midi-Pyrénées avec la publication des versions longues des entretiens réalisés pour le catalogue In situ avec Victoria Klotz à Figeac, Marion Laval-Jeantet de Art Orienté Objet à Lourdes, Sandra Lorenzi à Decazeville, Basserode à la grotte du Mas d’Azil, Lionel Sabatté à la grotte de Bédeilhac et Miguel Chevalier à la cathédrale de Rodez.

L’art de prendre soin : de la mine au cosmos

La notion de patrimoine renvoie à l’acte même de prendre soin. C’est cet esprit qui lie les artistes ayant œuvré sur le territoire ex Midi-Pyrénées pour le programme In situ 2019. Sans se donner le mot, leurs propositions délivrent un message collectif puissant lié à notre relation à l’environnement naturel et culturel, ainsi qu’au vivant. Le vivant, notre patrimoine sans doute le plus précieux.

Leurs œuvres ne montrent pas seulement de très belles et de très touchantes résonances avec le contexte historique et naturel d’Occitanie. Leur richesse et leur générosité formelle s’appuie sur des propos et des gestes forts qui font particulièrement sens aujourd’hui.

En particulier quand elles parlent de restauration et de réparation, c’est-à-dire le fait de soigner une situation abîmée par une action de remise en état. C’est ce que nous disent en particulier Victoria Klotz à Figeac ou Art Orienté Objet à Lourdes avec leurs œuvres dédiées au monde animal et à la biodiversité. Leurs figures de l’ours blanc, du chameau post-humain ou de l’aigle de lumière nous renvoient aussi à une urgence écologique et climatique.

La restauration va de pair avec la conservation et la transmission. C’est-à-dire le fait de protéger un site ou un objet pour le transmettre tout en le revitalisant. C’est ce qu’incarne Sandra Lorenzi à Decazeville qui s’est donné pour mission de soigner la terre et les âmes meurtries par l’industrie avec une grande peinture talismanique. Cette œuvre à dimension magique et apotropaïque, qui a vertu de guérison et de protection, est associée à des « booster énergétiques » constitués de coquilles Saint-Jacques.

* * *
Photo château fort - musée pyrénéen

Lourdes est aussi connue pour la tradition des cires filées (ou cires de deuil), conservée au Musée Pyrénéen, dont la pratique était encore attestée dans les campagnes des Hautes-Pyrénées jusqu’au milieu du XXe siècle. Ces bougies qui étaient activées les jours d’obsèques pouvaient être rallumées tout au long de l’année pour une protection, un vœu ou un soin. Elles ont trouvé un prolongement dans le fil de néon bleu de l’œuvre de Art Orienté Objet …

* * *

Ce programme patrimoine & art contemporain est également important parce qu’il met en œuvre une véritable dynamique transhistorique. Il s’inspire des temps longs de nos patrimoines en ranimant les énergies culturelles et naturelles qu’ils incarnent. C’est le cas dans les grottes de l’Ariège où Lionel Sabatté fait littéralement surgir du rocher de la vaste caverne de Bédeilhac une peuplade humanoïde qui semble hésiter entre disparition et reconstruction. Ici, la pierre se fait chair.

Dans la grotte du Mas d’Azil, Basserode nous propulse dans les tréfonds de la matière et de l’espace interstellaire avec une sculpture au sol qui évoque une forme matricielle du vivant. Travail que prolonge Miguel Chevalier sur les voûtes de la cathédrale de Rodez avec Digital Supernova, un véritable ballet cosmique numérique qui nous plonge au cœur de la lumière native des étoiles. Ces œuvres sont utiles car elles permettent de se réancrer dans l’espace-temps de l’univers incommensurable.

En fait ces artistes sont visionnaires. Ils anticipent un élargissement de la notion même de patrimoine et démontrent combien la jonction entre art contemporain et histoire peut être judicieuse et précieuse. Notamment quand elle réinvente les valeurs de restauration, de réparation et de transmission, au service d’une culture de la prophylaxie et de l’énergétique, qu’il nous faut développer sans plus tarder.

Pascal Pique, Le Musée de l’Invisible
http://lemuseedelinvisible.org/

* * *

… crée spécialement pour le donjon du château avec le dessin de lumière d’un aigle et d’un brochet qui renvoient la légende de la fondation de Lourdes. Cette œuvre diffuse une forme de rayonnement visuel et énergétique très particulier. Sous l’œil de la statue du centenaire de Bernadette Soubirous installée dans les jardins du Musée, qui a en quelque sorte elle aussi œuvré pour soigner le monde.

* * *

Programmation In situ 2019 :

Programmation Marie-Caroline Allaire-Matte :
Aude : Abdelkader Benchamma, abbaye de Lagrasse, Lagrasse, Hugo Schiavi au Palais des archevêques de Narbonne, Matteo Nasini à l’abbaye de Fonfroide, Narbonne
Gard : Roland Cognet, bambouseraie en Cévennes, Générargues
Hérault : Delphine Renault, Château de Baulx, St. Jean-de-Buèges, Sofie Muller, abbaye de Gellone, St. Guilhem-le-Désert, Eric Michel, église de St-Etienne La Livinière

Programmation Pascal Pique :

Lot : Victoria Klotz dans les salons du collège-séminaire du Puy et sur les terrasses du Puy à Figeac
Hautes-Pyrénées : Art Orienté Objet au Château Fort Musée Pyrénéen de Lourdes
Ariège : Basserode à Grotte du Mas d’Azil et Lionel Sabatté à la Grotte de Bédeilhac.
Aveyron : Miguel Chevalier à la cathédrale Notre Dame de Rodez (du 8 au 18 aout), et Sandra Lorenzi au Musée du Patrimoine Industriel et Minier de Decazeville

https://patrimoineetartcontemporain.com/

Voir en ligne : https://patrimoineetartcontemporain.com/

Illustration couverture légende :
Pour soigner la terre et les âmes de la mine à Decazeville, Sandra Lorenzi a créé une série d’œuvres dont « Les corvivances », panneaux de bois peints et gravés incrustés d’une coquille St. Jacques dont les vertus régénératrices sont connues des pèlerins depuis longtemps. La coquille St. Jacques serait un objet énergétique et vibratoire hors du commun. Notamment par sa structure harmonieuse et équilibrée qui repose sur le nombre d’or. Elle est associée à la fertilité, à la dynamisation, à la protection ou au nettoyage énergétique, notamment des minéraux. Ces propriétés peuvent aussi opérer à travers l’écran de votre ordinateur en contemplant l’œuvre devant vous. Elle augmentera alors peut-être votre taux vibratoire.