vendredi 28 juin 2019

Accueil > Les rubriques > Voir & écrire > Féerie douce

Féerie douce

Soizic Stokvis œuvres récentes

, Jean-Louis Poitevin et Soizic Stokvis

Artiste aux multiples talents, Soizic Stokvis a une triple pratique de photographe, de sculpteur et d’intervention plastique in situ mêlant travail de la ligne, du dessin et de la couleur.
Aujourd’hui pour la galerie La Ferronnerie, elle déploie des œuvres de petites tailles faisant suite et écho à une exposition l’an passé, à La Vigie à Nîmes. François Michaud présente un texte général suite à un entretien avec l’artiste et Jean-Louis Poitevin analyse les œuvres présentées lors de l’exposition.

Soizic Stokvis peint comme elle photographie. Tout est précis, net, découpé comme une épure d’ingénieur ou un dessin d’architecte. Ses modèles, qu’elle partage avec de grands ancêtres qui, comme Picabia, ne dédaignaient pas le dessin industriel, lui ont offert la vision claire d’un espace semi-perspectif dont peu à peu elle détache des éléments qui lui servent de matrice. Aujourd’hui, à mesure que nous avons vu s’opérer ce processus d’abstraction, on peut être frappé par la réduction à laquelle elle s’est contrainte volontairement, pour permettre l’expansion spatiale que depuis toujours elle recherche. Des formes faussement simples flottent sur les murs, légèrement détachées de ceux-ci quand elle les tire sur des supports transparents pour laisser vibrer la couleur pure avec celle, atténuée, rendue floue par la projection de la lumière traversant la feuille. Ce n’est plus une ombre, mais le très léger effet d’une transformation imposée à la forme.

Rien n’est simple ici, tout est complexe et se complique des milliers d’opérations mentales auxquelles l’artiste se livre tous les jours, heure par heure peut-être pour affirmer, modifier, retrancher, retirer. Toute simplification formelle est suivie de son corollaire, l’organisation de l’ensemble – négation du simple.

Soizic Stokvis — Petits motifs

Ce dialogue a commencé autour de 2006 – impossible d’en retrouver précisément la date. L’évidence est que, dans l’intervalle, l’artiste a monté pas à pas son système, tel un grand meccano dont nous n’avons pas le mode d’emploi. Qui verra dans les formes élémentaires qu’elle a peu à peu prélevées, sélectionnées, des signes interprétables ? Ces signes, pourtant, sont bien des signes – tels des éléments d’un langage à l’expressivité relative. D’un côté, ils nous parlent, ils s’assemblent, ils composent un semblant de discours dont le code est inconnu ; mais d’un autre, ils se taisent – tels des idéogrammes à l’œil occidental. Nous sommes partout environnés de signes, pictogrammes, logotypes, caractères simplifiés à l’extrême pour nous aider à nous orienter dans la tour de Babel cosmopolite aux carrefours innombrables que nous continuons de construire dans le réel comme dans son double virtuel. On annonçait il y a peu une « réalité augmentée ». Personne n’en parle plus désormais, peut-être parce que nous avons déjà basculé dans l’univers synthétique où les lignes de fuite se répètent sur des écrans de contrôle, plus ou moins abstraites, dès que nous avons fermé la portière et mis le contact – sans clef bien sûr. Si nous nous y trouvons bien, restons-y, et regardons donc ce que l’on peut faire dans un tel univers et si nous ne pouvons pas, par exemple, faire bouger les images à la vitesse de la lumière. Notre arrêt sera notre peinture. Voici Soizic Stokvis !

Soizic Stokvis — Motif bleu

Jouer l’espace

Impressions sur plastique, les dernières œuvres de Soizic Stokvis jouent essentiellement sur deux registres, l’impression sur la totalité d’un lé, pour la seule grande œuvre exposée ou des formes colorées découpées. On pourrait croire que l’on a affaire à un jeu surface pleine contre surface découpée. Il n’en est rien. Les enjeux sont en effet tout autres. En choisissant de produire des « objets », elle joue avec sa pratique habituelle de travail in situ qu’elle décale pour se confronter non plus à une approche plastique de l’espace mais à une approche créative à travers des « objets » translucides, de la « plasticité » de l’espace.

Dans un texte qu’elle a écrit pour la Vigie elle notait en effet ceci :

« Dans la conception des œuvres, à l’instar de la toile internet, qui par une mise à plat sans distinction, confronte des données hétérogènes, j’aime entrecroiser diverses sources de référence.

Ainsi les « objets » exposés entretiennent certes un rapport avec le minimalisme, mais il ne me déplaît pas de leur réintégrer par transversalité une dimension plus baroque.

Ici, les sérigraphies en rose fluo jouent sur l’impact d’une simple ligne mais se réfèrent aussi à des éléments d’écriture. Ailleurs, les aplats réintroduisent par des étirements un semblant de perspective. »

Soizic Stokvis — Petits motifs

Qu’est-ce qu’une forme ?

La question que posent ces « objets » translucides, colorés, accrochés à une faible mais significative distance du mur blanc - un écart faudrait-il dire pour faire résonner cette notion jusque dans ses enjeux philosophiques, au sens où il ménage non pas un espace que l’on occupe mais une séparation qui agit comme un lien – est celle, lancinante dans l’esprit de l’humanité en marche, du statut de ce que par le truchement de la main de « ses » artistes, elle produit et que l’on nomme forme.

S’il est aisé d’évoquer le fait qu’une forme est posée par des lignes qui la délimitent, c’est bien au pied de la lettre que Soizic Stokvis s’empare de la question. Pourtant à peine a-t-on vu l’une ou l’autre des formes qu’elle crée, que l’on comprend que si l’on se tient dans l’orbe d’un certain minimalisme, on est aussi plongé dans un autre aspect de la forme, le fait qu’elle puisse aussi être définie comme un signe.

La forme peut être représentation au sens habituel du terme de figurer des êtres ou des choses qui existent dans le monde. Mais ce n’est pas le cas ici. Les formes qu’inventent Soizic Stokvis ne représentent rien. Elles évoquent pour nous hommes de grandes villes des signes qui pourraient appartenir au grand langage presque muet mais pourtant efficace de la signalétique, à ceci près que, face à eux nous ne pouvons pas identifier le registre dont ils relèveraient. On se retrouve ici, et ce n’est pas figure de rhétorique, face à la question que posent les signes que l’on trouve dans la grotte de Lascaux, dont on n’est pas à ce jour parvenu à expliquer ni à quoi ils servaient ni ce qu’il signifiaient.

Soizic Stokvis — Motif jaune

Seuil

Ces œuvres, par leur statut ambivalent, car elles sont à la fois dessins, quasi-sculptures, peintures et objets plastiques issus d’un travail technique lié à l’ordinateur, nous conduisent à explorer des strates qui semblent aller de soi et qui sont en fait hantées par des fantômes culturels et esthétiques.

Si l’on regarde attentivement ces œuvres, en s’arrêtant d’abord sur celle de grande taille, la seule de ce type et qui relie ces nouveaux travaux à ceux de l’an passé, on est pris par le jeu spectral de la couleur, les variations qui s’imposent et dont on comprend qu’elles sont dues non seulement aux changements de la lumière ambiante mais surtout à la réfraction de la couleur du plastique sur le mur blanc. La séparation de quelques centimètres fait que la couleur est projetée de la surface de l’œuvre sur le mur et que le mur la renvoie contre la surface plastique donnant ainsi naissance à des variations d’intensité mais aussi à des zones dans lesquelles la couleur entre en mutation. D’avoir à la fois saisi et montré une telle mutation constitue la force majeur de cette œuvre.

Les plus petites sont des découpes qui aussi jouent avec la diffraction de la lumière, mais en ce qui les concerne, ce sont surtout leur dimension de signe qui les impose au regard. Dans le texte qu’elle a écrit pour La Vigie, Soizic Stokvis notait encore ceci :

« Ici, les sérigraphies en rose fluo jouent sur l’impact d’une simple ligne mais se réfèrent aussi à des éléments d’écriture. Ailleurs, les aplats réintroduisent par des étirements un semblant de perspective.

Dans les pièces relativement intimistes de la Vigie, les grandes dimensions renvoient aux rapports d’échelle, à l’architecture, et au-delà des murs, à la ville. Les couleurs, quant à elles, renvoient au Pop Art, au monde du travail et de la construction. »

Ces œuvres hésitant entre tableau et sculpture mettent en fait en scène des éléments visuels et plastiques semblent moins hésiter entre deux statuts ou deux états que se tenir sur un seuil. Et ce seuil est tout entier redoublé par le fait que l’on peut inférer que ce qui est visible, ces formes découpées sont ou pourraient être des signes.

Soizic Stokvis — Motif rouge

Langage, signe et transmission

C’est sur ce point que les choses basculent, car si ce sont des signes ils peuvent appartenir à un langage mais manifestement pas à une langue. Et qui dit langage dit possibilité infinie de permutation, de formation, de signification possible et de transmission de messages voire de sens.

Ici nous avons à la fois tout cela et rien de cela. Tout cela car ces éléments visuels, des formes peuvent être comprises comme des signes mais dans le même temps n’ayant manifestement aucune autre signification que celle de leur présence, il ne signifient pas et n’ont donc aucun sens. Le seuil est donc double et c’est dans le jeu entre dimension plastique et esthétique et programme de questionnement autour des enjeux que posent les signes et leur fonction que se déploie toute la subtilité de ce nouveau travail.

Pourtant ce ne sont pas des œuvres déceptives au sens où elles peuvent signifier mais que comme formes artistiques elle ne le doivent pas.

Elles s’exposent donc dans cet entre-deux ou plus exactement, elles exposent cet entre-deux comme étant leur dimension originelle ouvrant sur un aspect fractal dans leur conception comme dans leur réalisation.

Ainsi on comprend que ce qui se passe ici et ce qui passe du mur à nous est une forme préhistorique de la transmission, comme si en effet nous étions comme à Lascaux face à des signes qui se tiennent entre non-sens et signification. Transmettre ici c’est faire passer d’un côté à l’autre du sens sans pourtant être obligé de le fixer.

Soizic Stokvis — Petit motif rouge

La lumière comme opérateur

Fragile et tremblante hésitation entre affirmation de soi et désir de s’effacer non pas par timidité mais pas désir de rejoindre ce qui la fait exister, la lumière porte ici la forme parce que si c’est cette couleur qui fait exister tout le processus, c’est encore et toujours la lumière qui en constitue la condition de possibilité.

La lumière est en quelque sorte le creuset de cette alchimie visuelle à laquelle nous assistons et dans laquelle nous sommes pris. Elle fonctionne comme une main invisible dans le creux de laquelle se mettent en scène des variations et des réfractions portées par ce révélateur qu’est le plastique transparent et coloré.

Entre forme et signe, entre transparence et couleur, entre opacité contenue et luminosité retenue, c’est bien à un niveau absolument plastique et définitivement asignifiant mais porteur de sens que se manifestent ces œuvres récentes de Soizic Stokvis.

Dans cette féérie douce, on s’aperçoit qu’on est depuis longtemps sorti de la grotte originelle de l’art mais que surexposés à la lumière les signes asignifiants sont aussi des formes porteuses d’une puissance expressive qui n’explose pas tant qu’elle irradie de l’œuvre vers l’arrière plan de notre conscience qui à cet instant égale le mur blanc d’où la couleur resurgit preuve s’il en était besoin de ce que diffractée la lumière est et reste le seul « sens » qui au-delà de toute signification nous est connue parce qu’il rend tout ou presque accessible et à portée de regard et de main.

Soizic Stokvis — Petit motif bleu
Soizic Stokvis — Sans titre
Soizic Stokvis — Motif orange

Soizic Stokvis

Formes / Transparences
Vernissage mercredi 5 juin 2019, 18h - 21h30
Exposition du 5.06.19 au 2.07.19

Galerie La Ferronnerie
40, rue de la Folie-Méricourt
75011 Paris - France
tél : + 33 (0)1 78 01 13 13
www.galerielaferronnerie.fr
Brigitte Négrier
Directrice

Illustration couverture : Soizic Stokvis — Petit motif bleu