dimanche 3 octobre 2021

Accueil > Les rubriques > Société > Projet pour une herméneutique globale

Écrire avec la vie :

Projet pour une herméneutique globale

Note sur l’étape n°9 du travail au long cours de Laure Molina

, Jean-Louis Poitevin et Laure Molina

Comment à la fois rendre compte d’une réflexion au long cours basée sur plus de dix ans d’expériences réalisées aux quatre coins du monde et sur des œuvres aux aspects les plus divers, en tentant une synthèse qui englobe et permet de déployer cet ensemble en le rendant accessible d’un seul coup d’œil ?

Statemennt de la Culture Terrienne, Laure Molina from TK-21 on Vimeo.

Message, temps écriture

En inventant, au terme d’un déploiement en trois étapes, une écriture composée de formes à la fois vortex, centrées et explosant ou projetant vers le lointain - ou, qui sait, le cosmos - des incises inséminantes, Laure Molina est parvenue à réaliser une œuvre à la fois visuelle et signifiante, variable et concentrique, porteuse d’un message immense et accessible presque d’un seul regard.

Pour parvenir à la formation des signes finaux de cette écriture supra-symbolique et infra-perceptive, elle a associé trois personnages stylisés composant à eux trois, à chaque fois, une figure « amoureuse » évoquant une fusion physique expérimentale, qu’elle a comme laissé être avalés par un maelstrom irrésistible mais qu’elle a su retenir au bord du gouffre. Stabilisé, chaque ensemble est devenu une figure singulière, une lettre un petit être en formation. Et c’est avec ces lettres qu’elle écrit son « statement culture terrienne », message par lequel elle entend rendre possible une reconnexion générale des individus au monde, des individus entre eux, et du monde avec les humains.

Laure Molina — Statement culture terrienne
Collage sur tableau scolaire, triptyque, 2019 / 2020

L’humain et le vivant

L’urgence de ce devenir renouvelant la relation générale du vivant humain avec le vivant pensant selon d’autres lignes énergétiques que celles que permettent de définir les concepts, prend sous nos yeux toute sa puissance vibratoire. Car ces lettres sont réalisées avec un matériau qui les fait varier avec la lumière, comme si chaque signe, chaque lettre, était à la fois en connexion avec l’univers et, en soi-même, un arc-en-ciel.

L’emprise des théories linguistiques ayant en quelque sorte retenu les signes dans la prison de l’ambivalence entre signifiant et signifié, a éloigné d’autant la possibilité de voir au-delà des signes que sont les lettres, c’est-à-dire de voir à travers des lettres les signes que le monde nous adresse et de mieux appréhender aussi ceux que nous lui adressons.

Sur un tableau scolaire blanc à deux panneaux articulés pouvant recouvrir le panneau central, sur ce qui doit donc être vu comme un triptyque contemporain, Laure Molina nous donne à voir, à éprouver, à lire, à expérimenter un texte d’une ampleur magique souterraine, puisqu’il s’agit d’un ensemble de propositions susceptibles de nous aider à nous orienter dans le monde, et, en renouant avec les êtres qui nous entourent, à rétablir un ensemble d’équilibres vitaux pour cette terre en proie aux ondes violentes qu’émet une volonté de destruction indistinctement partagée, semble-t-il, par l’ensemble des humains en proie à un délire collectif insatiable.

Le « spectateur » de ce tableau peut être à la fois séduit par les brillances et les variations lumineuses, et dérouté par l’incompréhension dans laquelle il se trouve face à ces signes, ces lettres qu’il ne reconnaît pas au premier regard. Mais, ce faisant, il est confronté à la tâche majeure qui est la sienne aujourd’hui, celle d’interpréter les signes, tous les signes, ceux qu’il reçoit ou espère recevoir, comme ceux qu’il émet.

Laure Molina — Alphabet écritures actives

Comprendre sa vie, comprendre la vie

Avec ce tableau intitulé Statement culture terrienne, au terme de près de dix ans de travail créatif et réflexif, Laure Molina, met en scène ce qui est à la fois l’aboutissement d’un projet artistique, et une ouverture sur le devenir de la conscience. Elle y met en scène le moment central d’un basculement auquel elle invite chacun à accepter de participer. Elle y révèle ce qui peut advenir lorsque l’on fait de cette ouverture majeure le vecteur de l’accomplissement d’une mutation psychique intense.

En cryptant son message dans une écriture dépassant le piège dans lequel la logique linguistique pure articulée autour de l’opposition signifiant/signifié nous a enfermé depuis plus d’un siècle, elle nous met au défi de faire face à la part la plus sombre et la plus intime de nous-mêmes. Car nous vivons sur le fond d’une angoisse porteuse d’espoir mais terrifiante sous bien des aspects, celle que nous éprouvons à l’idée de tenter réellement de « déchiffrer » le monde. Cependant, elle nous indique qu’il est possible de concevoir le monde non plus comme le lieu horrible où chacun de nous a été contre son gré « jeté » et « abandonné » mais comme cette dimension partagée entre les vivants sentant et pensant et le cosmos ayant pris corps sur la planète terre.

Plonger eyes wide open dans ces lettres aux couleurs changeantes, c’est accepter avant même d’y avoir été invité de faire sur soi ce travail de métamorphose intérieure. Chacun, en plongeant les yeux dans les reflets de ces signes vibratiles, deviendra un double cosmique ayant déjà commencé de devenir lumière. Élevé à la hauteur de la vibration pure, il sera aussitôt devenu l’herméneute de sa propre existence et, vie, expérience et interprétation ne seront plus alors que les noms anciens de ces trois lignes qui, entrelacées dans l’œil d’un vortex, composent chacune des lettres de cet alphabet à la fois sensuel, cosmique et profondément humain grâce auquel écrire et lire ne seront plus des actions séparées.

Laure Molina — Alphabet écritures actives

Frontispice : Laure Molina — Héritage, Études, 3M.