lundi 1er avril 2019

Accueil > Les rubriques > Société > Dans Un Grain VI

Dans Un Grain VI

Ep. 6 Caché-Montré

, Guillaume Dimanche

L’épisode 6 expose deux faces de la société, exposées ou voilées, dans des espaces publics, avec des enfants, des femmes nues et des hommes à poil.

Le corps.

Cet obscur objet de fantasme. Il est à protéger ! D’abord des agressions naturelles des éléments, tels que le soleil et le sable. Il est à interdire aux regards des autres. Il est à cacher pour ne pas offenser les observateurs. On sentira bien sûr la force des restrictions, des interdits, culturels. Mais aussi, avec beaucoup d’attention, toujours en s’éloignant des clichés et des carcans qui enserrent chaque culture, les expressions naturelles, universelles, des corps confrontés, seront sensibles. Cacher est évidement montrer. Toujours, nous ne sommes plus, nulle part, les animaux nus dans le paradis vierge. Toujours, partout, l’habillement n’est qu’un code parmi d’autres. Le vestimentaire est un langage. Comme ailleurs, autrement, sur d’autres sujets, plus la règle, la loi, la censure est grande, plus il s’invente des moyens de l’utiliser, de la détourner, de s’en échapper.
Partout, dans ce qui est représentation des corps, l’état et la société expriment fortement, visiblement, ostensiblement les règles et les frontières à ne pas franchir.

Il est facile, alors, de trouver, dans les publications accessibles à tous, ou parfois, à travers un passage en douane un peu serré, une application à cacher ce qui ne doit pas être porté à la vue publique. Les entre-jambes, les poitrines, les postérieurs, parfois le corps entier, s’il est trop charnu, charnel, sexué.
Il y a des interstices. Des échappées. Des drapés légers. Des dévoilements complets, dans un coin dans un musée. À force d’être cachés, toujours enfermés, on les croit farouches, mais quelques instants d’échanges, de confiance, de libertés, on peut partager des fractions de regards fiers, montrés.

Dans Un Grain est un récit photographique en diptyque, un collage. La série explore un paysage urbain, en cour d’urbanisation. Ses chantiers, ses grues, ses déchets, ses routes. Souvent pris depuis l’habitacle d’une automobile en conduisant, les clichés ne montrent que ce qui est possible de voir, que ce qui est montré. Diverses expériences en des lieux « non-autorisés » m’ont vu venir des représentants divers des forces policières, pour me formuler expressément des interdictions de photographier. Que ce soit de l’herbe jaunie sur une autoroute du centre ville, ou dans un lieu touristique, parce que j’étais équipé d’un pied photo.