mardi 30 janvier 2024

Accueil > Les rubriques > Appareil > Société > C’est du Jazz latino 22 (Venezuela bis)

Un espace pour l’écoute, la danse et le plaisir…

C’est du Jazz latino 22 (Venezuela bis)

le podcast TK-21

, Pedro Alzuru

Un deuxième programme sur le jazz latino, produit au Venezuela ou par des Vénézuéliens à l’étranger, vise à diffuser leurs créations et interprétations qui n’ont pas bénéficié de la même popularité que leurs homologues nord-américains ou caribéens, même si cela pourrait changer.

La réception de la musique latino-américaine en Occident est, à notre avis, très biaisée ; les Caraïbes sont généralement entendues comme « les îles » et non comme « le continent » ; les îles, en fait, ont été plus étroitement liées à l’histoire des États-Unis. À cela s’ajoutent des préjugés : les genres musicaux d’origine folklorique et populaire n’ont souvent pas de partition, ils ne sont pas écrits, donc on considère qu’ « il n’y a pas d’œuvre ». Ou bien, ils n’ont pas été enregistrés ou ils ont été mal enregistrés et c’est aussi une raison de considérer qu’ « il n’y a pas d’œuvre ». Cependant, ses thèmes peuvent être entendus dans toutes les musiques occidentales, y compris la musique académique, celle-ci avec une partition dès son origine.

En Europe, ce phénomène se propage, le terme « latin » génère de la confusion, son utilisation spécifique est censée être liée aux personnes qui parlent des langues d’origine latine et non à celles qui aux États-Unis appellent « spanish », pour désigner tous les hispanophones. Pour nous, « latino » comme adjectif de jazz, a à voir avec tous les mélanges musicaux qui se produisent entre les musiques latino-américaines et caribéennes, quelle que soit la langue ; et le jazz, c’est un phénomène, répétons-le, afro-euro-latino-américain.

C’est un défi d’essayer d’être exhaustif lors de la réalisation de programmes sur le jazz latino dans chacun des pays que nous avons couverts et que nous allons couvrir. Nous essayons de faire en sorte que la liste des auteurs, interprètes et œuvres ne soit pas si arbitraire. Ce malgré un certain degré d’arbitraire, c’est-à-dire un choix marqué par le goût et non par un critère prétendument scientifique, critère en tout cas inapplicable dans le domaine artistique musical en particulier. A moins d’avoir en tant que scientifique, par exemple, un critère commercial, selon lequel le marché est l’instance unique de légitimation. On connait déjà les effets néfastes de ce critère : qu’un joueur de football coûte plus qu’un orchestre symphonique — ne parlons pas d’un groupe de jazz latino — et que la musique de la pire qualité reste la plus vendue.

Ces artistes de jazz latino, pour la plupart, n’ont pas eu une carrière réussie. Ils ont persévéré pour être musiciens, pour ne pas abandonner leur passion. Même si cela leur a coûté d’être exploités, d’obtenir une reconnaissance éphémère et puis l’oubli, ou de ne pas avoir la reconnaissance qu’ils croient mériter.

À cela s’ajoutent les complexités et les problèmes spécifiques liés à la détermination d’un genre comme le jazz latino. Il ne s’agit pas de musique folk, laquelle a ses défenseurs naturels chez ceux attachés à la tradition. Il ne s’agit pas de rock, de pop ou de jazz main stream, qui a ses défenseurs dans les « modernes », ceux qui préfèrent le changement, le nouveau, l’étranger.

Comme nous l’avons vu, le jazz a toujours été une problématique euro-afro-latino-américaine. Il est né métis, il est le produit d’un monde qui se globalisait déjà. Si à cela on ajoute « latino », la question se complique car encore aujourd’hui, l’idée selon laquelle le jazz est la musique exclusive des noirs américains est défendue, même si de nombreux éléments suggèrent qu’une telle exclusivité n’a pas existé, sans vouloir nier sa présence prédominante.
Tout cela s’exprime dans la production de ces musiciens vénézuéliens que l’on peut ranger dans le label Latin Jazz. Ils sont nés ou ont passé une partie importante de leur vie dans un pays multiethnique, pendant une période démocratique libérale — fragile mais très significative en Amérique latine de 1959 à 1999, à laquelle a mis fin le chavisme. Le Venezuela était un pays ouvert aux influences multiples, comme on peut le percevoir dans chacune de ces interprétations, où les influences africaines, européennes, caribéennes, autochtones et les genres musicaux les plus divers se mélangent de la manière la plus insolite.

Ces musiciens pourraient toujours, s’ils le voulaient et s’ils en avaient les moyens financiers, côtoyer leurs pairs, n’importe où dans le monde. Aujourd’hui ils font partie de la diaspora vénézuélienne, ils font partie de tous ceux qui sont obligés de chercher à l’étranger une vie normale, où fonctionnent les services publics de base, où l’on peut vivre de son travail, où le pouvoir est exercé par une majorité qui remporte des élections libres et non par une minorité qui reste au pouvoir par la force, le chantage et la faim et où avoir des idées différentes n’est pas une raison d’être éliminés, persécutés, disparus, emprisonnés ou annulés civilement.

Les musiciens ne forment pas une île, ils habitent la société entière avec toutes ses contradictions. Ils peuvent tomber dans la tentation d’être les « musiciens du Titanic », continuer à divertir avec leurs interprétations comme si « le bus ne faisait pas marche arrière ». Ils peuvent s’insérer explicitement dans les luttes sociales ce qui, en général, a affecté négativement la qualité de leurs interprétations. Ils peuvent, à travers des créations qui établissent un rapport de tension entre tradition et innovation, académique et populaire, partition et improvisation, continuer à nous montrer les possibilités des mondes dont ils suppriment les limites commerciales, formelles, politiques, idéologiques, etc., étrangères à l’art et à l’esthétique.

Les créateurs et interprètes vénézuéliens de jazz latino ne sont pas étrangers à ces contradictions. Heureusement, voici leur musique qui leur permet de transcender, de continuer à annoncer des mondes possibles où nous pouvons coïncider, nous rencontrer, même avec nos différences.

Éducateur, percussionniste, compositeur, Marlon Simon est né dans la petite ville de Punta Cardón (1961), dans l’État de Falcón, au Venezuela. Son premier contact avec la musique, à l’âge de 10 ans, est venu de son père, Hadsy Simon, un philosophe avec une profonde connaissance du spiritualisme et de la métaphysique, guitariste et chanteur. À l’âge de 18 ans, Marlon avait organisé son propre groupe et avait commencé à se produire localement dans des concerts et des clubs. Son intérêt pour le jazz a commencé à l’âge de 19 ans, il est rapidement devenu accro, et avec un intérêt constant pour le jazz et la musique d’origine africaine. Il part aux États-Unis en 1987 et commence des études formelles de batterie à l’Université des Arts de Philadelphie. En 1988, il reçoit une bourse de la Philadelphia Music Foundation. Il déménage à New York en 1989 et obtient ensuite son baccalauréat ès arts en jazz et musique contemporaine de la New School for Social Research. Au cours de ses études, Marlon a travaillé localement dans la ville, développant son style unique et gagnant le respect des musiciens de jazz et latinos de renom.
1 — Songo pa Monk, Marlon Simon and Nagual Spirits, album Rumba a La Patato, 2000.

Silvano Monasterios, est né à Caracas en 1964. Il passe ses années de formation au conservatoire José Ángel Lamas tout en rencontrant la tradition du jazz américain dans toute sa diversité. Il commencé sa carrière professionnelle à l’âge de 18 ans, combinant ces influences et en se produisant et en enregistrant avec certains des artistes vénézuéliens les plus éminents. En 1989, Silvano se rend à Miami, en Floride, pour participer au Miami Jazz Festival, où il reçoit le « Prix du meilleur soliste ». En 1990, il immigre aux États-Unis pour bénéficier d’une bourse du Miami-Dade College. « Prix de soliste exceptionnel » à l’Université du Colorado en 1991, puis d’une bourse de musique de l’Université de Miami, dont il obtient un baccalauréat en musique en 1995. En 1998, « Nouvel artiste de l‘année » au Hennessey Cognac Jazz Search à New York, sortie de son premier CD, Roads Not Taken. Silvano continue à écrire et à évoluer tout en jouant et en enregistrant avec un mélange impressionnant d’artistes. Jamais satisfait ni stationnaire, il retourne à l’Université de Miami en 2002, obtenant une maîtrise en piano jazz et pédagogie. Compositeur tout aussi doué, il a également remporté le prix dans la catégorie « Chanson originale, interprétation exceptionnelle » pour sa composition « Avila », incluse dans le CD suivant intitulé Fosted. En 2007, il enregistre en live avec le trio Wertico/Egan/Monasterios intitulé Jazz Impressions. Une sortie suivante, The Magician du percussionniste Sammy Figueroa présente des performances, des arrangements, une production et deux compositions de Monasterios, dont la chanson titre. Cet album est nominé aux Grammy Awards 2008 comme « Meilleur album de jazz latino ». Par la suite, le Miami New Times nomme Silvano comme « Meilleur musicien de jazz » dans son numéro Best of Miami.
Toujours prolifique, le CD suivant de Figueroa intitulé Urban Nature sort en 2012 et présente quatre nouveaux manuscrits. Silvano forme en 2011 un nouveau quintette, il produit Unconditional. En 2015, Silvano déménage à New York, il retourne au studio d’enregistrement, Partly Sunny. Ce disque comprend neuf belles compositions de Monasterios, on peut y écouter le talent artistique incroyable d’Anat Cohen à la clarinette, Troy Roberts aux saxophones, Robert Quintero aux percussions et les collaborateurs de longue date de Silvano, Jonathan Dadurka à la basse et Rodolfo Zuñiga à la batterie.
2 — Partly Sunny, Silvano Monasterios, album Partly Sunny, 2016.

Otmaro Ruíz (1964, Caracas) est un pianiste, claviériste, compositeur, arrangeur et éducateur. Ruíz commence ses études musicales formelles à l’âge de 8 ans avec le piano, la guitare classique, l’harmonie, l’histoire et l’esthétique. Il effectue ses études musicales formelles à l’école de musique Juan Manuel Olivares de Caracas. En 1989, Ruíz déménage à Los Angeles, en Californie, où il termine sa formation universitaire à CalArts, obtenant une maîtrise en interprétation de jazz en 1993. Entre-temps, il joue également avec le percussionniste Alex Acuña, apparaissant dans deux albums au début des années 1990. Plus tard il enregistre avec Arturo Sandoval, ce qui a est suivi d’une tournée mondiale avec Gino Vannelli en 1996.
3 — O escultor de sons, Otmaro Ruiz (piano) et Bruno Mangueira (guitare), album Essência, 2020.

Né à Caracas en 1965, Orlando Poleo y commence son apprentissage musical avec le professeur Julio Mendez. Il se fait vite remarquer et devient l’un des meilleurs percussionnistes de sa génération. Il étudie ensuite la percussion afro-vénézuélienne avec le professeur Miguel Urbina puis accompagne de nombreux artistes nationaux et internationaux tels que Aldemaro Romero, Pete "El Conde" Rodriguez, Maria Tereza Chacin, l’orchestre symphonique du Venezuela. Il a également l’occasion de travailler avec David Valentin, Daniel Santos, Jose Mangual Jr et Ismael Rivera Jr.
4 — Arriba mi montuno, Orlando Poleo, album Curate ! 2008.

Luisito Quintero (1967 San Agustín, Caracas) est un percussionniste. Quintero grandit avec les traditions de percussions latino-américaines et africaines. Son père est percussionniste, tout comme son oncle Carlos Nene Quintero et son cousin Roberto Quintero. Il devient membre de l’Orchestre symphonique vénézuélien, mais commence bientôt à se produire avec des ensembles tels que Grupo Guaco et El Trabuco Venezolano et à tourner avec Oscar D’León. Il s’installe ensuite à New York, où il travaille d’abord avec des musiciens de salsa tels que Willie Colón, Eddie Palmieri, Tito Puente et Celia Cruz. Il se tourne ensuite vers la fusion du jazz, du funk, de la salsa et de la musique africaine et se produit avec George Benson, Herbie Hancock, Ravi Coltrane et Toshiko Akiyoshi, mais aussi avec des musiciens pop comme Gloria Estefan et Marc Anthony. Louie Vega a produit son premier album avec lui. En tant que membre du groupe Elements of Life, il s’est produit avec des musiciens tels que Robert Plant, Lauryn Hill et Alicia Keys et a participé au Montreux Jazz Festival, au North Sea Jazz Festival et au Roskilde Festival. En tant que sideman, il a enregistré plus de cinquante albums.
5 — City View, Luisito Quintero, album 3rd Element Revisited, 2022.

Originaire de Caracas (1967), Alfredo Naranjo commence très jeune sa formation musicale au Conservatoire de musique de l’orchestre national des Jeunes et plus tard à l’orchestre Gran Mariscal de Ayacucho. Dans les années 1990, il se rend à New York pour étudier grâce à une bourse à l’Université de Long Island. Là, il commence à jouer avec des musiciens de la scène new-yorkaise comme Pete Yellin, Daniel Ponce et Rolando Briceño. Au cours de ses voyages à travers le monde de la musique, il a l’occasion de se produire dans des festivals, des tournées et des groupes, invité par d’autres maîtres de la musique, notamment : Dave Samuels, Guaco, Tito Puente, Ray Charles, Ensemble Gurrufío, Orquesta Aragon, Orlando Poleo, Alex Acuña et Don Grussing.
6 — Sin ti, Alfredo Naranjo y su Guajeo, album Salsa pal’ Caribe, 2020.

Edward Simon, né à Punta Cardón, au Venezuela en 1969, est un pianiste et compositeur de jazz. À l’âge de 10 ans, il part aux États-Unis pour étudier à la Performing Arts School de Philadelphie. Après avoir obtenu son diplôme, il fréquente l’Université des Arts de Philadelphie, où il étudie le piano classique, puis la Manhattan School of Music, où il étudie le piano jazz. Simon a joué sur plusieurs albums de jazz nominés aux Grammy. Outre son trio, il dirige le Sextet Venezuela, le Quatuor Afinidad, et le groupe Simon, Simon, & Simon avec ses frères. Il a enseigné à la New School for Jazz and Contemporary Music à New York et a été artiste en résidence à la Western Michigan University.
7 — My Love for You (take 2), Edward Simon (piano), John Patitucci (bass), Brian Blade (batterie), album Poesίa, 2009.

Luis Perdomo (1971, Caracas) est un pianiste et compositeur de jazz. Son style est influencé par Bud Powell, Oscar Peterson, McCoy Tyner, Paul Bley et Herbie Hancock. Dès l’âge de 12 ans, il joue à la télévision et pour les stations de radio vénézuéliennes. Son premier professeur fut le pianiste de jazz autrichien Gerry Weil. Il se rend finalement compte qu’il devrait se rendre à New York pour accomplir son destin musical. Il obtient un baccalauréat en musique à la Manhattan School of Music, où il est l’élève d’Harold Danko et de la pianiste classique Martha Pestalozzi, puis obtient un Master au Queens College de New York, où il étudie avec le légendaire pianiste Sir Roland Hanna. Il a joué avec Ralph Irizarry et Timbalaye, Ray Barretto, David Sanchez, John Patitucci, Dave Douglas, Yosvany Terry, Brian Lynch, Tom Harrell, Henry Threadgill, David Gilmore, David Weiss et Robin Eubanks entre autres. Il est membre de longue date du quatuor de Miguel Zenon et a été membre du quatuor de Ravi Coltrane pendant dix ans.
8 — Oblivion, Luis Perdomo (piano), Hans Glawischnig (bass), Eric McPherson (batterie), album Pathways, 2009.

Michael Simon (1972), fils et frère de musiciens, grandit autour de la musique au Venezuela, son pays natal. Il acquière une première expérience en jouant de la salsa, du merengue et du boléro avec des groupes locaux. Inspiré par la musique du groupe emblématique Irakere, Michael étudie la musique à l’école de musique Ignacio Cervantes à Cuba. Puis il déménage aux Pays-Bas pour étudier au département de jazz du Conservatoire de Rotterdam où il obtient des diplômes en trompette de jazz, en composition et en arrangement. Avec une carrière intensive en tant qu’éducateur et interprète, Michael couvre un large éventail de genres musicaux et se concentre désormais sur la production de nouvelles musiques inspirées des mélodies asiatiques, de la musique latine et du jazz. Les véhicules de ses aventures musicales sont son big band, The Dutch Caribbean Groove Orchestra, son quintette MS-5 et Asian Connection, un projet international au sein duquel il collabore avec d’excellents artistes émergents de Malaisie, d’Indonésie, du Japon et de Taïwan, et avec lequel il a enregistré son dernier album. Il est important de souligner l’aspect personnel de ces rencontres a New York en 2007 : Michael Simon (trompette, bugle), Miguel Zenón (saxophone alto), Peter Brainin (saxophone ténor), Edward Simon (piano), Andy Gonzalez, Boris Kozlov (basse), Marlon Simon (batterie, percussions, gong, chant), Roberto Quintero (congas, güiro, percussions, chant). Invités : Luisito Quintero (timbales), Noah Bless (trombone). Enregistré en octobre 2007 aux Bennett Studios, Englewood, NJ.
9 — New York Encounter, Michael Simon, album New York Encounter, 2010.

Fran Vielma (1981, Mérida, Venezuela), diplômé de la Berklee School of Music et du New England Conservatory, il s’est produit en Amérique du Sud, Centrale et du Nord, notamment au Kennedy Center et au Panama Jazz Festival. Né dans les Andes vénézuéliennes, il est un multi percussionniste, compositeur et éducateur primé et acclamé par la critique. Sa connaissance approfondie des rythmes des Caraïbes, du Venezuela, de l’Amérique du Sud et d’ailleurs se fonds dans on attirance pour la musique de concert et la liberté du jazz, produisant des œuvres originales, écrites et arrangées, explorant la fusion du jazz et des divers genres du Venezuela. Son premier album Inesperado faisait partie d’un catalogue pour le label Cacao Música avec des productions d’artistes internationaux tels que Horacio "El Negro" Hernandez, Jose Luis Quintana "Changuito" et le trio Negroni entre autres. Le récent album de Fran Vielma Tendencias avec son Venezuelan Jazz Collective, figurant dans les meilleures sorties de 2018 par Down Beat, Latin Jazz Network et NYC Jazz Records, présente des personnalités du jazz exceptionnelles comme Luis Perdomo (piano), Michael Rodriguez et Miguel Zenón (saxophone alto), Roberto Koch (contrebasse), Pablo Bencid (batterie), arrangé et composé par Francisco Vielma.
10 — Monk en Aragua, Fran Vielma, album Tendencias, 2018.

Joseph Derteano est un musicien de jazz né à Caracas en 1985. Avec la trompette comme instrument, à l’âge de 17 ans, il fait partie de quelques groupes de jazz latino à Caracas, partageant la scène avec d’importants orchestres de jazz et de salsa. Il élargit sa proposition musicale aux rythmes latinos, funk, ska et reggae et crée comme projet le groupe Skamaleon Ska-Jazz Band. Plus tard, il crée le Joseph Derteano Jazz Experiment et fait ses débuts discographiques avec l’album Experimentos de Ultima Hora (2009). Il s’installe et réside en Espagne à Barcelone et poursuit sa carrière musicale en formant le Joseph Derteano Latin Project avec lequel il enregistre son deuxième album : Flight Caracas Barcelona (2010). Puis il revient au Joseph Derteano Jazz Experiment et enregistre l’album BCN Underground Hip-Bop (2011) et avec le Joseph Derteano Quintet, il présente ses enregistrements les plus récents : Bocetos (2012), Caracas (2014), Mediterraneo 2022.
11 — Scilla (canzone per Laura), Joseph Derteano, album Scilla, 2020.

Linda Briceño (Caracas 1988), est compositrice, trompettiste, productrice et chanteuse. Elle a été nommée productrice de l’année aux 19e Latin Grammy Awards, devenant ainsi la première femme à remporter ce prix. Briceño a grandi à Caracas, au Venezuela, étudiant la trompette classique et les percussions à El Sistema, le programme d’éducation musicale qui a également produit Gustavo Dudamel, Diego Matheyz, Pedro Eustache et tant d’autres musiciens notables. Elle s’installe à New York en 2013. En 2014, sort l’album Tiempo, avec deux nominations aux Latin Grammy Awards. En 2018, sort le single 11, sous le nom d’Ella Bric y The Hidden Figures, et elle produit l’album Segundo Piso de MV Caldera.
12 — Bésame mucho, Linda Briceño, album Tiempo, 2014.

Nous terminons le programme d’aujourd’hui ainsi, nous espérons qu’il vous a plu et nous vous invitons pour la prochaine fois.

C’est du Jazz latino 22 (Venezuela)
Un espace pour l’écoute, la danse et le plaisir…

1 Songo pa Monk, Marlon Simon and Nagual Spirits, album Rumba a La Patato, 2000.
2 Partly Sunny, Silvano Monasterios, album Partly Sunny, 2016.
3 O escultor de sons, Otmaro Ruiz et Bruno Mangueira, album Essência, 2020.
4 Arriba mi montuno, Orlando Poleo, album Curate ! 2008.
5 City View, Luisito Quintero, album 3rd Element Revisited, 2022.
6 Sin ti, Alfredo Naranjo y su Guajeo, album Salsa pal’ Caribe, 2020.
7 My Love for You (take 2), Edward Simon, John Patitucci, Brian Blade, album Poesίa, 2009.
8 Oblivion, Luis Perdomo, Hans Glawischnig, Eric McPherson, album Pathways, 2009.
9 New York Encounter, Michael Simon, album New York Encounter, 2010.
10 Monk en Aragua, Fran Vielma, album Tendencias, 2018.
11 Scilla (canzone per Laura), Joseph Derteano, album Scilla, 2020.
12 Bésame mucho, Linda Briceño, album Tiempo, 2014.