vendredi 3 janvier 2020

Accueil > Les rubriques > Société > Backrooms

Backrooms

, John Carrid

Ces photos ont été prises entre 2016 et 2019 avec un appareil Polaroïd Fuji Instax Wide 300. A travers tous les backrooms de la capitale, la nuit entre 20 h et 5 h du matin.

Je me suis immiscé pendant 3 ans dans le monde des backrooms, la nuit. J’ai gagné la confiance de ces hommes, gays, pour les prendre en photos dans des situations parfois dérangeantes, ou tout simplement prendre leur portrait.
Pour cela il a fallu s’armer de patience et attendre de longues heures au bar, en buvant beaucoup d’alcool, à discuter et en sniffant du poopers avec certains d’entre eux, car à jeun je n’aurais pas eu le courage, et ce au moins 4 fois par semaine pendant ces trois années.

Prendre des photos est totalement interdit. La plupart du temps je dissimulais mon appareil sous ma veste pour ne pas attirer l’attention des responsables de l’établissement.

Et une fois rentré à l’intérieur, je pouvais commencer mon reportage.

Une fois la confiance gagnée, la confiance des hommes, la plupart du temps je leur demandais l’autorisation mais quelquefois je prenais des clichés sans leurs consentements et je m’arrangeais ensuite pour négocier, en leur offrant un polaroid d’eux, ce qui fonctionnait.

Il est arrivé quelquefois que ce soit moi le modèle, je leur demandais de prendre un polaroid de moi entièrement nu !

Finalement ce fut une bonne expérience durant ces trois années, mais très éprouvantes.

J’ai obtenu une centaine de clichés et j’en ai sélectionné une cinquantaine.

Voir en ligne : www.johncarrid.com