vendredi 30 août 2013

Accueil > Les rubriques > Appareil > Vulnerable Failures

Vulnerable Failures

Paul HAGE BOUTROS, Jaro VARGA, Shengen LIM, Juraj GABOR

, Haily Grenet

With modernism and the age of mechanical reproduction, the aura of the artworks, as hic et nunc, tend to disappear or even to be destroyed.

Avec la Modernité et l’Age de la Reproduction mécanique, l’aura d’une œuvre d’art, comme son hic et nunc, est amenée à disparaître voir même à être détruite.

However, a more contemporary vision would show us how the idea of original and copy gets it sense through the phenomenon of reproduction. Modernity and its technical progress allow an extraction of the spectator and his peers from a form of passivity, which institutions such as Religion and Politics have locked them into. From the advent of modernity, they have been provided with a alternative role. No longer simply viewers, the spectators actively participate and become empowered facing the artwork. Thus, the consumption of reproductions by the masses is a phenomenon that releases the I from exogenous and alienating forms of power.

Nevertheless, there still remains a hierarchy between an original and its copy. If there is a transformation and a migration of the aura, how can we qualify the moment where a copy is no longer a substitute, but merely another version ? What about the works that were intended to be copies but as a result of some mishap become slightly different ?

This unpredictable and uncertain state of production is the moment that the four artists presented in Vulnerable Failures have chosen to work with. Each calls in to question the independent life of the flawed copy, and whether or not the original clutters its status. The exhibited artworks use performative body process to explore the idea of vulnerability within the construction of reproductions and their realm of possible failures.

JPEG - 16.2 ko


Paul HAGE BOUTROS re-enacts the codes, attitudes and concepts that we crystallize as for toward an original or an ersatz, in a bit to make all those versions equals and independent from each other.

JPEG - 70.8 ko

Jaro VARGA plays with the personal and collective recollection of actual memories. Blurring the boundaries between reality and fiction, he builds, or rebuilds a new identity, which could be seen as a re-construction.

JPEG - 46.5 ko


Shengen LIM performs the same movement, over and over again. This process challenges the idea of repetition, until he aims to reach imperfections and flaws from copies, to generate an illusion, a new vision.

JPEG - 26.7 ko

Juraj GABOR’s quest of visual absolute is, paradoxically, made possible by the repetition of the same body movement or the limitation of the body it-self. He becomes the mechanics that face the sublime.

Avec la Modernité et l’Age de la reproduction mécanique, l’aura d’une œuvre d’art, comme son hic et nunc, est amenée à disparaître voire même à être détruite.

Cependant, c’est précisément lorsqu’il y a reproduction que l’on prend conscience de la notion d’original et de copie. De plus, par la modernité et ses progrès techniques, le spectateur se trouve extrait de la passivité dans laquelle les institutions politiques et religieuses l’enfermaient, et se voit confier un rôle actif face à l’œuvre d’art. N’étant plus des "éléments du décor", les spectateurs peuvent participer activement. Ils s’émancipent face à l’œuvre d’art. La consommation des reproductions par les masses est un phénomène qui permet de libérer le JE des formes de pouvoirs aliénants et exogènes.

Toutefois, une hiérarchie subsiste, entre un original et ses copies. Si l’on peut parler d’une transformation, d’une « migration de l’aura » comment peut-on qualifier un objet qui n’est plus un substitut, mais une nouvelle version ? Qu’en est-il de ces œuvres qui devaient être des reproductions mais qui par un fâcheux hasard deviennent légèrement différentes ?

Ce moment de la production, incertain et a priori imprédictible, est au cœur de la réflexion de ces quatre artistes de l’exposition Vulnerable Failures. Chacun questionne l’indépendance que prend la seconde (etc...) version vis à vis de l’original par le fait que le statut d’original de la première version "gêne" le reste des reproductions. De plus, les œuvres exposées utilisent le corps comme un objet performatif afin d’explorer cette idée de vulnérabilité dans le processus de reproduction et la possibilité de leur échec.

Paul Hage BOUTROS s’affranchit des codes, attitudes et concepts que nous cristallisons dans le statut d’un original et de son ersatz, afin de rendre chacune de ces versions équivalente et indépendante des autres.

Jaro VARGA joue avec les fragments de la mémoire collective de son pays d’origine, ainsi que de sa propre histoire personnelle. La frontière entre réalité et fiction s’efface pour lui permettre de construire ou reconstruire une nouvelle identité.

Shengen LIM accomplit le même mouvement, afin de défier l’idée de répétition, pour tenter de générer des imperfections et des erreurs depuis les reproductions, afin d’atteindre une nouvelle vision voire de produire une illusion.

La quête d’absolu de Juraj Gabor est paradoxalement rendue possible par la répétition d’un même mouvement et les limites physiques de son corps se transformant en machine faisant face au sublime.

Voir en ligne : Vulnerable failures

Vulnerable Failures,
National Art Studio Changdong.
Séoul Corée du sud
Exhibition from 08/29 to 09/15/2013