Un roman érotique de Jean-Louis Poitevin

vendredi 26 octobre 2012

La Société de plaisir

PNGIl n’y peut rien, il aime les femmes, celles de chair comme celles que les peintres ont su rendre immortelles. Il n’y peut rien, une de ces blessures qui font le corps saigner en dedans ne cesse de suinter…

PDF - 118.9 ko
bulletin de commande

Voir en ligne : Commander en ligne