mercredi 29 mai 2013

Accueil > Les rubriques > Appareil > « Nous sommes les seigneurs de l’apocalypse »

« Nous sommes les seigneurs de l’apocalypse »

Une résidence à Port de Bouc janvier – avril 2013

, Christophe Galatry et Martial Verdier

Les territoires du Golfe de Fos et de l’Étang de Berre, sont-ils le coffre-fort de la Méditerranée ?

JPEG - 36.4 ko
Darse 2 Port saint Louis
Môle Graveleau, Terminal conteneurs.

‘Sauf, …(territoires)’ traverse le cœur du dispositif portuaire contemporain "Marseille – Fos", l’un des 50 plus grands ports du monde et l’un des tous premiers ports pétrochimiques européens.

JPEG - 35.9 ko
Terminal minéralier - Fos

Comment percevoir dans leur ensemble ces différents environnements, moitié urbains et industriels, moitié naturels ? Comment circuler à travers cet entrelacs de zones à risques, de zones protégées, de centralités pittoresques et d’anti-paysages ? Condensation de questions posées à la métropole en général : ville / industrie / nature.

JPEG - 43 ko
Arcelor Mittal Mediterranée
Flanc sud

Quelles propositions artistiques et participatives y formuler, appropriations et représentations y construire, quels chemins y tracer ? Pour finalement se poser collectivement la question du devenir de ces territoires et de leur identité au sein de ‘Marseille – Provence’.

JPEG - 29.6 ko
Terminal métanier de Fos Cavaou

Les projets artistiques

« GR®2013 » ; « Sauf…(territoires) autour du GR®20132 » [1] et ses différentes résidences d’artistes fixent des points de vues remarquables sur tous les territoires jusqu’aux confins du Golfe de Fos.

JPEG - 51.8 ko
Arcelor sud
Bobinots et vapeur des tours de refroidissement. Darse Sud.

Les esthétiques mais aussi les protocoles génèrent des visions assez diversifiées et contrastées. Sans s’opposer forcement, elles résistent d’emblée à toute tentative de rapprochement.

Deux entités cherchent à inscrire les formes territoriales d’est en ouest, de l’étang de Berre jusqu’au Rhône. La première, très classique, représentée notamment par « l’Observatoire photographique du paysage » [2], s’appuie avant tout sur un protocole par relevé. La seconde qui pose aussi la constitution d’un fond photographique, tend à questionner de façon plastique la représentation des objets qui « fabrique » un paysage.

JPEG - 58.6 ko
Pont Eiffel, Caronte
Boulevard Maritime, Caronte - Martigues

Nous sommes…

C’est le cas avec la résidence à Port-de-Bouc de Martial Verdier [3] dans le cadre de « Sauf…(territoires) autour du GR®2013 » qui rassemble ici une approche empirique. Le photographe offre, avec sa série « Nous sommes les seigneurs de l’apocalypse », un exemple de ce rapport à la matière photographique et à la question du sujet photographié et sa place dans l’horizon de ces territoires, préalable à « qu’est-ce qu’un paysage » ?

JPEG - 35.9 ko
Arcelor Mittal Mediterranée
Face nord.

Parce qu’il part d’un matériau instable et aléatoire qui se rattache au début de la photographie tout en le révélant avec les dernières technologies numériques, il nous fait découvrir la constitution d’un ensemble sur l’industrie lourde et portuaire. Son travail reste dans la représentation de l’horizon, mais ici la matière du processus offre une singularité où l’esthétique renforce le sens.

JPEG - 32.4 ko
Lavera extérieur nuit
Lavera depuis le chateau d’eau de Caronte

Le paysage industriel semble fondre de façon subtile aux attaques de l’altération chimique du procédé. Le cadre délimite une plongée abyssale aux couleurs violentes et douces à la fois et où la représentation perd toutes forces de constat ‘normal’ au profit d’un dépôt critique et effrayant, de celui que l’on trouve après toute destruction à l’échelle d’un territoire entier. Il opère ainsi une fusion entre le sujet et sa restitution, fusion par contamination des particules visibles et invisibles échappées de toutes ces cheminées et autres tuyaux. Ce qui fait présence dans ces images ce n’est pas tant la forme solide de l’objet représenté mais l’air, l’espace autour qui le représente. L’air rendu visible par son altération. Deuxièmement nous faisons face à l’opposé de toutes notions rationnelles liées à l’acte photographique, il montre le fantasme de la reproduction/représentation photographique. Ici l’objet photographié quitte le statut d’objectif à suivre comme matière à constat et rentre dans un autre champ : celui d’une représentation vivante donc monstrueuse, puisqu’il s’agit finalement d’objets créés par l’homme.

JPEG - 47.4 ko
Fos, parc de containers
Mat de Ricca, Port-Saint-Louis-du-Rhône

Notes

[1Les résidences ‘Sauf…(territoires) autour du GR2013’ avec : la vidéaste Sabine Massenet, le photographe plasticien Martial Verdier, le compositeur Philippe Valembois, le collectif ’La folie Kilomètre’, et la photographe marcheuse Karine Maussière
http://www.passage-infranchi.org/Sauf...territoires/residences

[2Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth l’Observatoire photographique du paysage sur le GR®2013
http://www.opp-gr2013.com

[3Nous sommes les seigneurs de l’apocalypse’ Martial Verdier
http://m-verdier.tumblr.com

Voir en ligne : Par ce passage, infranchi

JPEG - 38.8 ko
Port Saint-Louis, Minoterie
terminal céréalier des Tellines-Gloria

L’Association « par ce passage, infranchi » créé par le photographe Christophe Galatry travaille depuis 2008 avec l’artiste marcheur Denis Moreau, et l’économiste Xavier Moiroux à l’élaboration d’un projet artistique autour du Golfe de Fos. Ce projet réunit un collectif d’artistes dont : Pierre Carrelet, Valérie Horwitz, Karine Maussière, Philippe Piron, Daniel Zanca. Il présente dans cet esprit un programme : « Sauf… (territoires) autour du GR®2013 » en coproduction avec Marseille-Provence 2013.

De mars à juin 2013 il permet des constructions participatives (promenades / treks), avec des pratiques artistiques (résidences d’artistes plasticiens), dans des lieux d’éducation populaire (MJC de Martigues, Centre Fernand Léger à Port-de-Bouc), avec débats réunissant habitants, experts, chercheurs et monde du travail, expositions, et participation aux différents événements associés à l’ouverture du GR®2013*. (Un sentier qui traverse la métropole marseillaise d’est en ouest sous la forme d’une double boucle de 365 km et créé par Baptiste Lanaspeze et un collectif d’artistes-marcheurs : « Le cercle des marcheurs ».
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sentier_de_grande_randonnée_2013)

JPEG - 39.7 ko
Centrale thermique de Martigue-Ponteau
Anse des Laurons, route de Ponteau
assisted Calotype - Calotype assisté