vendredi 26 octobre 2012

Accueil > Les rubriques > Cerveau > Libres…

Libres…

À propos de one bird one tree de Henning Lohner

, Henning Lohner et Jean-Louis Poitevin

De tout le "raw material" rassemblé pendant plus de vingt ans de travail pour le cinéma et la télévision, Henning Lohner extrait un catalogue d’images individuelles, appelées tout simplement "Moving Pictures". Chaque image est reproduite en boucle dans un cadre digital. Elle est à accrocher au mur comme un tableau.
Les "Moving Pictures" sont présentées pour la première fois en 2006, dans la galerie Springer & Winckler à Berlin. Depuis, les œuvres de Lohner ont été exposées dans le monde entier.
Aujourd’hui Henning Lohner publie un livre à partir de l’ensemble ses « actives images » sous le titre : "Silences" Active Images 1990-2012
par Lohner:Carlson, à paraître en Novembre Verlag der Buchhandlung Walther König, Köln, 2012


15_One Bird One TreeSMALL par tk-21

Devant le faîte d’un arbre dénudé, dans le temps immobile d’un hiver banal, la présence d’un oiseau vient renverser la peur où nous sommes d’être seuls. Seuls au monde, seuls dans l’univers, seuls, définitivement seuls.
Dans un recoin de notre mémoire, souvent, il y a une chanson. Qu’elle résonne comme un appel ou un aveu, ou comme l’ombre de ce qui nous avons aimé ou aimerions toujours être, elle est là prête à rejouer sa mélodie d’antan dans la caverne de notre crâne. Celle qui vient, c’est bien sûr la chanson de Leonard Cohen Like a bird. Ça y est, la mélodie revient, elle est là.

Like a bird on the wire,
like a drunk in a midnight choir
I have tried in my way to be free.

Et reviennent aussi les images de ces mythiques années soixante durant lesquelles les corps, les esprits, l’élan créateur, l’énergie vitale, ont été poussés à leur maximum.
Depuis ? Une lente régression s’est mise en place, comme si le monde devenait lentement plus froid, comme si l’hiver gagnait sur les esprits et sur les corps, comme si l’horizon était en même temps libre et bouché, c’est-à-dire vide.
L’hiver est là devant nous, image raréfiée d’une conscience qui se délite et d’un espoir qui se meurt.
Et puis il y a l’oiseau, messager sans doute mais nul ne sait de quoi tant rien ne bouge autour de lui que le ciel qui grisaille toujours un peu plus mais ne délivre lui non plus aucun message. L’oiseau est seul, unique survivant peut-être d’une apocalypse déjà oubliée ou messager sur le chemin de retour vers une arche invisible venant dire que le déluge est passé et qu’il va être possible de ressortir poser les pieds sur le sol natal.
Il n’est pas possible de trancher entre les scénarios possibles. C’est cela la magie des images et leur piège le plus puissant : nous poser en équilibre sur le fil des questions sans nous indiquer comment continuer le chemin ou comment en redescendre. C’est cela le pouvoir des images : faire de nous des oiseaux. C’est donc de nous renvoyer à nous-mêmes, car jamais nous n’avons été autre chose que des habitants d’infortune sur une terre grise et inhospitalière.
C’est cela le pouvoir de cet oiseau : dresser un portrait de nous-mêmes, décalé mais si vrai. Car nous ne sommes rien d’autre que cela, des âmes errantes, solitaires, mais qui dès lors qu’elles savent voler sont libres, éternellement libres.

Henning Lohner, né le 17 juillet 1961, est un compositeur et réalisateur allemand, dont l’activité artistique englobe différents secteurs de l’audiovisuel. Membre du Remote Controle Productions, groupe de compositeurs hollywoodiens fondé par Hans Zimmer, Henning Lohner est surtout connu en tant que compositeur de musiques de films et en tant que réalisateur du projet d’art vidéo raw material.
En 1989, Frank Zappa présente à Henning Lohner le cameraman Van Theodore Carlson pour réaliser "Peefeeyatko", un film artistique et biographique sur la vie et l’œuvre de Zappa.
L’activité artistique de Lohner et Carlson va être fortement influencée par le compositeur, artiste et philosophe John Cage.
De tout le "raw material" rassemblé pendant plus de vingt ans de travail pour le cinéma et la télévision, Henning Lohner extrait un catalogue d’images individuelles, appelées tout simplement "Moving Pictures". Chaque image est reproduite en boucle dans un cadre digital. Elle est à accrocher au mur comme un tableau. En dissociant l’image du contexte narratif d’un film, les "Moving Pictures" de Lohner et Carlson proposent un regard nouveau sur les images vidéo, transformant l’image elle-même en une véritable œuvre d’art.
Les "Moving Pictures" sont présentées pour la première fois en 2006, dans la galerie Springer & Winckler à Berlin. Depuis, les œuvres de Henning Lohner ont été exposées dans le monde entier.
Aujourd’hui Henning Lohner publie un livre à partir de l’ensemble ses « actives images ». Chaque vidéo est présentée par un ensemble d’images et est accompagnée d’un texte. Jean-louis Poitevin en a écrit cinq, qui seront publiés ici accompagnés de la vidéo correspondante.

Henning Lohner (http://www.imdb.fr/name/nm0004321)
sur l’Internet Movie Database - Version plus complète en anglais (http://akas.imdb.com/name/nm0004321)