Jean-Francis Fernandès


Envoyer un message

dimanche 2 avril 2017

Un Français parle aux Français

Monsieur A. déménage ! Il raconte 29 ans de sa vie et de ses difficultés ; il était le plus proche voisin du C.F.D.J. de Vitry. Confession ou interview, c’est là un document unique dans son genre.

par Jean-Francis Fernandès et Jean-Louis Poitevin

en savoir plus

dimanche 30 octobre 2016

Dé-Croire #2

Deux adeptes d’une photographie en noir et blanc dont nous avons évoqué à maintes reprises le travail dans TK-21 LaRevue reviennent avec des images inédites dans lesquelles nous sommes invités, nous les humains de ce début de millénaire, à faire face à ce qui, de nous, constitue sans doute un portrait sans concession.
Dans ce texte, Jean Francis Fernandès s’exprime aussi avec simplicité et puissance sur ce qui constitue l’essence de son approche photographique. Pol Lujan, lui, nous propose une méditation sur ce qui constitue le cœur de nos préoccupation les plus évidentes et les plus obscures. À travers un extrait d’un texte de Jean Lacroix, il nous implique dans la confrontation avec nous-même en tant que supports et sujets de nos croyances.

par Jean-Francis Fernandès et Pol Lujan

en savoir plus

mercredi 28 octobre 2015

La voie de l’amour

Jean-Francis Fernandès est un photographe précis, radical, tendanciellement ouvert à ce qui échoit à chacun lorsqu’il se tient aux limites possibles du partage.

par Jean-Francis Fernandès et Jean-Louis Poitevin

en savoir plus

vendredi 28 novembre 2014

Un autre monde

Les jeunes du Centre familial de Vitry-sur-Seine préparent leurs vacances d’été dans un village riche et pittoresque de la Normandie : ils interrogent les habitants sur la délinquance juvénile. Vous ne verrez pas seulement Monsieur le Maire, mais aussi bien d’autres citoyens du cru dans leur vie de tous les jours.
« Enquête Sociale » a été réalisé en 1978 à La Haye du Puits et sélectionné en 1980 pour le Festival International du film Ethnographique et Sociologique Cinéma du Réel au Centre Georges Pompidou.
Réalisation : J.F. Fernandès, Couleur, Son magnétique, Durée : 17’3O’’

par Jean-Francis Fernandès et Jean-Louis Poitevin

en savoir plus

mercredi 30 juillet 2014

Éternelle Babel

Jean-Francis Fernandès est un classique, un classique avec un regard décentré.
On pourrait croire qu’il photographie la ville et les gens parce qu’il aime la ville et les gens. C’est sans doute vrai. Mais ses images ne relèvent pas de cette photographie dite humaniste censée déclencher chez ceux qui les regardent les sursauts d’un exercice compassionnel. Quand il photographie les gens, lui, c’est leur ombre qu’il voit avant tout, et ceux qui parviennent malgré tout à loger leur corps dans ses images sont pour la société des ombres ou des fantômes qui hantent une société qui les rejette.

par Jean-Francis Fernandès et Jean-Louis Poitevin

en savoir plus

mercredi 25 juin 2014

Et après

Jean-Francis Fernandès n’est pas un inconnu et pourtant, il semble que l’histoire, une histoire sociale, une histoire de classe, une histoire de regards, s’écartant comme on fuit quelque chose qui nous dérange, s’acharne et le maintienne hors des zones de visibilité dans lesquelles elle tend à ceux qu’elle a élus le miroir de la reconnaissance.

par Jean-Francis Fernandès et Jean-Louis Poitevin

en savoir plus