samedi 28 septembre 2013

Accueil > Les rubriques > Cerveau > Flight

Flight

vol

, Takuji Shimmura

Par une nuit glaciale et troublante, je m’allongeais au-dessus du lit, et contemplais l’obscurité dénuée de perspective du plafond de ma chambre. L’écho aigu du passage d’un jet déchira soudainement le silence, et fit brutalement naître dans mon esprit la vision d’une silhouette blanche d’avion de chasse glissant dans la voûte obscure. Perdu entre conscience et rêve, je ressentis une étrange angoisse, et cette illusion devait plusieurs fois revenir me hanter durant un hiver marqué de nombreuses insomnies.

Je m’absorbais alors dans la fabrication de maquettes évoquant mon enfance, notamment d’avions militaires. Enfant solitaire, je m’étais créé mon propre univers, dans lequel j’aimais à m’échapper, et j’étais fasciné par les formes variées des avions, par leur perfection technique, étonnante quelle que soit l’époque. Les silhouettes d’avions portent en effet en elles une double qualité, une esthétique à la fois fonctionnelle et organique.

Après avoir fabriqué les maquettes, je me suis ensuite mis à photographier ces rapaces de plastique, à tenter d’obtenir une sorte de carte morphologique des appareils, un tableau typologique de l’évolution des profils aéronautiques. Sans même que j’en sois véritablement conscient, le processus allait petit à petit clarifier ce qui n’était d’abord qu’une vague intuition, une obsession diffuse. La photographie se révélait une fois encore être un outil de mise en ordre de mes intérêts visuels, de classement mémoriel. Ce travail systématique, mais néanmoins passionnant, presque ludique même, me permit de me libérer de mon rêve, de voir disparaître l’angoisse nocturne.

Les oiseaux de proie volent désormais librement dans le ciel infini de mon imaginaire.
JPEG
Mars 2013

Voir en ligne : www.takuji-shimmura.com